En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Voiture handicapé : les clés pour bien choisir

Bénédicte de Lamartinie - mis à jour le

Conduite et handicap sont loin d’être incompatibles, et posséder sa voiture est un réel facteur d’autonomie pour les personnes à mobilité réduite. Pour autant, trouver une voiture adaptée à son handicap peut être un véritable parcours du combattant. Aménagements, praticité, sécurité, confort… Le point sur les éléments à connaître pour bien acheter sa voiture handicapé.

Bien définir les aménagements nécessaires

Pour choisir une voiture handicapé, le plus important est de bien définir ses besoins. Chaque conducteur est unique et a des exigences diverses : l’aménagement de la voiture et du poste de conduite dépendra donc de ces spécificités.

Les aménagements envisageables sont multiples :

  • Les pédales : pédales inversées adaptées à l’usage d’une unique jambe, pédales rehaussées pour les personnes de petite taille… ;
  • L’accélérateur : les personnes qui ont perdu l’usage de leurs jambes, possibilité d’installer un accélérateur manuel, du type accélérateur par cercle sur le volant, accélérateur tirer-pousser sous forme de manette, accélérateur satellitaire sous forme de gâchette… ;
  • Le frein : même forme de dispositifs pour le l’accélérateur ;
  • L’embrayage automatique, grâce à une boîte de vitesse automatique ;
  • Le volant : le volant peut être aménagé d’une boule de conduite pour une meilleure préhension pour les personnes handicapées d’un bras ;
  • Boîtier spécial pour les feux, clignotants, klaxons accessible par le coude…

Certains équipements demandant de la place, il est également recommandé de s’orienter vers un véhicule spacieux, du type Citroen Berlingo, Renault Kangoo, Wolkswagen Caddy.

Si une voiture subit une modification, par exemple lorsqu’on l’aménage des équipements pour personnes handicapées, elle doit obligatoirement être homologuée. Déclarer ces transformations permet également d’obtenir une mention « handicap » sur la carte grise.

Veiller à une bonne accessibilité

Monter dans un véhicule, en descendre… autant de moments qui peuvent être désagréables si les équipements ne sont pas bien adaptés. Au moment d’acheter votre véhicule handicapé, ayez donc bien en tête la question de l’accessibilité.

  • Les portes : choisissez une voiture avec des portes facilement manœuvrables, par exemple des portes escamotables ou coulissantes, pour une ouverture maximale ;
  • Les accessoires : une poignée, une rampe ou un marche pied pourront suffire dans certains cas, tandis qu’un plateau de transfert ou un releveur seront nécessaire pour plus d’assistance ;
  • Les sièges : des sièges pivotants et/ou descendants, manuels ou électriques, vous seront d’une aide précieuse.

Si vous conduisez depuis votre fauteuil roulant

Pour certaines personnes, conduire depuis son fauteuil roulant, et non depuis le siège principal de la voiture, n’est pas une option. Dans ce cas, il faudra être particulièrement vigilant et opter pour une voiture :

  • Dotée d’un siège conducteur amovible ;
  • Dotée d’une bonne hauteur de plafond ;
  • Dotée d’une plateforme élévatrice via une porte latérale ou le coffre ;
  • Dotée d’un système d’ancrage du fauteuil sécurisé.

Où trouver sa voiture handicapé ?

Trouver un véhicule parfaitement aménagé à votre profil et à votre handicap est possible, mais très rare. Certains constructeurs comme Renault proposent des catalogues de modèles en série aménagés, mais ils ne concorderont pas forcément avec vos besoins.

Dans la plupart des cas, il faudra acquérir un véhicule, puis faire réaliser des aménagements sur mesure. Plusieurs procédures sont possibles :

  • Acheter une voiture auprès d’un constructeur, et lui faire réaliser les aménagements spécifiques s’il propose le service ;
  • Acheter un véhicule auprès d’un constructeur, puis se tourner vers un carrossier spécialisé ou une société spécialisée dans l’aménagement-adaptation de véhicules individuels.

Bon à savoir : à l’achat d’un véhicule neuf, les personnes handicapées sont exonérées du malus écologique.

Avant d’acheter un véhicule handicapé, il est vivement recommandé d’en discuter avec un spécialiste de l’aménagement. Il sera le plus à même de vous orienter vers un type de véhicule en particulier selon votre handicap, d’autant plus que certaines voitures se prêtent bien mois à des aménagements que d’autres.

Il est également possible d’acheter un véhicule d’occasion, qui peut s’avérer moins coûteux à l’achat et plus pratique à tester. Attention toutefois à l’état des aménagements, à leur sécurité et à leur compatibilité avec vous.

Quel budget pour votre voiture ?

Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut prévenu : le prix des voitures handicapé neuves sont très élevés et demandent un budget conséquent. Ces tarifs se justifient par les aménagements nécessaires, qui demandent à la fois des équipements spécifiques et une main d’œuvre spécialisée.

Une fois l’achat d’un véhicule handicapé effectué, l’assurance auto, qui est obligatoire, peut aussi représenter un poste de dépense important. Les compagnies d’assurance ne sont pas censées majorer les primes d’assurances des personnes à mobilité réduite. Cependant, compte tenu des aménagements des véhicules, elles sont nombreuses à appliquer une surprime, qui permettra une meilleure prise en charge en cas de sinistre.

Astuce Malynx !

Les personnes handicapées peuvent bénéficier d’aides financières pour aménager leur véhicule handicapé, comme la PCH (Prestation de Compensation Handicap)