En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.
Entretien

Rencontre avec Carventura, le site de vente de voitures entre particuliers qui vous facilite la vie !

La vente de voitures d’occasion entre particuliers n’est pas toujours une partie de plaisir. Peur de pas être payé, peur de se faire arnaquer… Heureusement, il existe des plateformes pour vous accompagner et sécuriser ces transactions, à l’instar de Carventura.com. Nous avons rencontré son CEO, Frédéric Lecroart.

Frédéric Lecroart, fondateur du site Carventura.com

Les voitures d’occasion ont la cote ces dernières années. Quelle est la part de leurs ventes ?

Effectivement, il s’agit d’un marché en progression, qui se porte bien. En 2019, il a progressé de près de 3%, avec 5,8 millions de voitures d’occasion vendues au global. Aujourd’hui, le marché de l’occasion est 3 fois plus important que le marché du neuf. Mais c’est la vente de voitures d’occasion entre particuliers qui est la plus impressionnante : elle représente plus de 60% de ces ventes !

Comment expliquer le succès des ventes de voitures entre particuliers ?

L’explication tient essentiellement au prix. Les gens ont beau ne pas être passionnés d’automobile, ils sont 3,6 millions à faire du commerce entre eux, et ça ne faiblit pas. Il y a une réalité économique derrière, les prix sont plus intéressants entre particuliers qu’avec des professionnels.

L’autre facteur, c’est l’expérience chez un concessionnaire, qui est parfois déceptive. Certains peuvent avoir l’impression de se faire avoir, de se faire forcer la main, d’autres n’ont pas la possibilité de faire une reprise sèche. Entre particuliers, on peut davantage avoir le sentiment de maîtriser le prix et le deal.

" Il y a une réalité économique derrière le succès de la vente de voitures entre particuliers, et de plus en plus de rationnel dans les achats. "

Le risque d’être victime de fraude peut tout de même être un frein. La fraude est-elle une réalité dans ce secteur ?

Oui, la fraude existe bel et bien ! On distingue en fait deux grands types de fraudes. Il y a des fraudes au produit, sur les voitures en elles-mêmes. Par exemple : un kilométrage trafiqué, des parties accidentées, des défauts d’entretien non signalés à l’acheteur… Et cela arrive très souvent : dans une vente de voiture d’occasion entre particuliers sur deux environ. L’autre type de fraude, c’est la fraude au paiement, c’est-à-dire des vendeurs qui se retrouvent sans le paiement dû de leur acheteur.

La fraude est donc un risque réel, pour les acheteurs comme pour les vendeurs. Chez Carventura, justement, l’une de nos missions est de sécuriser la transaction pour les deux parties.

La loi va vers plus de transparence pour les acheteurs. En 2018, le gouvernement a lancé Histovec et dernièrement, le sénateur Alain Fouché a proposé la mise en place d’un contrat qui retracerait l’historique des voitures à la vente. Soutenez-vous ces initiatives ?

Bien sûr, je les soutiens ! Histovec a été une première étape et je trouve l’idée proposée récemment par le sénateur très bonne. C’est bien dans ce sens-là qu’il faut aller, et sans doute même plus loin.

Comment pourrait-on protéger davantage les consommateurs ?

C’est surtout la question du kilométrage qui fait défaut. Aujourd’hui, impossible pour un acheteur d’être certain du kilométrage réel de la voiture. Cette information n’est retracée nulle part, alors que de beaucoup de professionnels en ont eu connaissance. On devrait donc pouvoir y avoir accès.

Dans la même logique, on pourrait imaginer avoir accès aux données sur l’accidentalité d’un véhicule. Et toujours dans une optique de sécurité, il y a quelque chose à faire au sujet des voitures épaves. Elles ne devraient pas pouvoir se retrouver sur le marché.

Le service proposé par Carventura va justement dans ce sens de transparence et de sécurité. Quel est le principe de votre plateforme ?

C’est très simple. Carventura est un site sur lequel vous pouvez soit vendre votre voiture, soit en acheter une. Nous sommes un peu le Stéphane Plaza du véhicule d’occasion : nous sommes un intermédiaire rassurant entre les acheteurs et les vendeurs.

" Carventura est un peu le Stéphane Plaza du véhicule d’occasion. "

Qu’a-t-on à y gagner en tant que vendeur ?

Carventura est un service complètement gratuit pour les vendeurs. Et au-delà de ça, ils gagnent surtout en tranquillité. Nous venons chez eux pour inspecter le véhicule et réaliser un contrôle routier, nous les aidons à définir le prix de vente, nous gérons la diffusion des petites annonces en ligne et les appels des acheteurs et nous organisons le paiement sécurisé et la livraison de la voiture. En bref, nous nous occupons de tout pour eux !

Et en tant qu’acheteur ?

Notre service est tout aussi avantageux pour les acheteurs. Ils ont déjà un large choix : toutes les marques et tous les modèles sont représentés sur Carventura. Et le gros avantage, c’est bien sûr la sécurité, puisque tous les véhicules disponibles ont été inspectés et ont fait l’objet d’un contrôle routier. Les acheteurs ont aussi la possibilité de se faire livrer la voiture à domicile, et ils bénéficient toujours d’une garantie de 6 mois.

Combien ça coûte et comment vous rémunérez-vous ?

C’est complètement gratuit pour les vendeurs. Pour les acheteurs, pas de mauvaise surprise : le prix de vente affiché est le prix payé. Nous avons des voitures pour tous les budgets : les prix vont de 1 950€ à 89 000€.  Et nous nous rémunérons à la vente.

Avez-vous des évolutions de service à venir ?

Oui, l’année à venir devrait être riche en nouveautés ! Pour offrir un meilleur service encore à nos clients, nous envisageons d’étendre la garantie dont ils bénéficient à l’achat d’une voiture à 1 voire 2 ans. Nous réfléchissions également à proposer des solutions de financement 100% dématérialisées. Le tout en respectant toujours nos valeurs : la simplicité, la sécurité et l’humain, car nous restons avant tout des conseillers.

Une dernière question d’actualité. L’épidémie de coronavirus affecte quasiment tous les secteurs professionnels. Le site Carventura est-il touché ?

Notre site est toujours consulté, l’intérêt des vendeurs et des acheteurs est toujours là. En revanche, les ventes stagnent. Nous avons beau être un acteur digital, nous avons arrêté les inspections et les livraisons de véhicules à domicile jusqu’à nouvel ordre. C’est la moindre des choses, nous nous devons d’être responsables et de veiller à la sécurité de nos employés comme de nos clients.

Nous avons tout de même fait deux exceptions en livrant deux voitures à domicile, pour deux infirmières qui avaient besoin de leur voiture pour continuer à soigner. C’est important d’aider comme on peut !

Carventura en quelques chiffres, c'est...
400 nouveaux inscrits par jour

700 voitures en catalogue

7 ans d’âge moyen pour les voitures 

Un prix moyen de 11 300€ à la vente