En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Prime à la casse : les diesels n’auront plus d’aide

Un décret est paru au Journal Officiel qui met fin au soutien financier accordé aux véhicules classés Crit’Air 2. A partir du 1er juillet 2021, donc, plus aucun modèle diesel ne pourra prétendre à la prime à la conversion.

casse automobile

Le durcissement du bonus-malus et des conditions d’éligibilité à la prime à la conversion devait avoir lieu le 1er janvier 2021. Finalement, il a été reporté de six mois. Mardi 8 décembre, le décret a été publié au Journal officiel et précise les principaux changements concernant la prime à la casse. Il est notamment prévu que les véhicules Crit’Air 2 ne puissent plus prétendre à cette aide.

Etant donné qu’aucun diesel n’est catégorisé Crit’Air 1, on peut donc en déduire que cette nouvelle limitation met totalement fin à la prime à la casse pour les diesels. Dans les faits, aujourd’hui, une quantité infime de diesels peuvent y prétendre, car il faut que le modèle ait été immatriculé après le 1er septembre 2019, ce qui réduit énormément les possibilités.

L’interdiction du diesel en France
Lire l'article

Durcissement de la norme CO²

Dès la moitié de l’année 2021, la prime à la conversion sera réservée aux véhicules Crit’Air 1 et vignettes vertes (100% électrique). Parmi les véhicules encore concernés, on recense les électriques, les hybrides rechargeables et les essences (dont hybrides) ayant été mises en service après le 1er janvier 2011.

Autre durcissement, la norme CO² pour bénéficier de la prime. Actuellement, la limite à ne pas dépasser est de 137g/km ; elle passera à 132g/km de CO² émis en suivant le barème WLTP. Par contre, le décret ne mentionne pas de changement quant au montant des aides, qui resterait de 2 500€ pour les modèles verts (5 000€ pour les ménages modestes). Aucune modification non plus de l’éligibilité en fonction des revenus.