En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : vers des conditions plus restrictives pour la prime à la conversion ?

La prime à la conversion, victime de son succès, coûte cher à l’Etat. Le gouvernement réfléchirait à des solutions pour restreindre le dispositif.

Voitures neuves

La prime à la conversion coûte cher à l’Etat : le dispositif reviendrait à 1 milliard d’euros. Par conséquent, le gouvernement envisage de « resserrer le dispositif », comme l’a confié un ministre à France Info. Pour rappel, aujourd’hui, selon les revenus et le type d’automobile, les bénéficiaires peuvent toucher entre 1 000 et 5 000€.

Des montants sur lesquels le gouvernement pourrait revenir. Pour réduire la note, Bercy a plusieurs pistes de travail. « Est-ce normal qu’un automobiliste qui a les moyens de s’acheter une Jaguar bénéficie de cette aide au même titre qu’un ménage modeste qui va s’acheter une Zoe ? », se demande-t-on au ministère. D’autre part, les véhicules éligibles pourraient être revus à la baisse, car certaines voitures polluantes le sont aujourd’hui.

Une prime victime de son succès

Si les coûts sont si élevés pour le gouvernement, c’est parce que la prime à la conversion a connu un grand succès auprès des automobilistes. Bercy tablait initialement sur 500 000 bénéficiaires sur la durée du quinquennat. Mais les projections ont largement été revues à la hausse : on devrait atteindre les 2 millions de bénéficiaires en 2022.

Reste à savoir si le gouvernement mettra ou non en place des restrictions. Comme le rapporte France Info, il ne s’agit actuellement que de « pistes de travail ».