En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus et vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Top 10 des voitures qui n’ont plus le droit de rouler dans Paris


Depuis le 1er juillet 2016, les véhicules de plus 20 ans ne sont plus autorisés à circuler dans la capitale pour cause de pollution excessive. Retour sur 10 modèles best-sellers désormais bannis de Paris.

Les voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997 (essence et diesel) n’ont désormais plus le droit de circuler dans Paris du lundi au vendredi, de 8h à 20h. Ces nouvelles restrictions imposées par la Mairie de Paris visent à réduire le taux de pollution de la capitale, dont la qualité médiocre de l’air serait responsable de plusieurs milliers de décès chaque année.

10. La Peugeot 306

(421 727 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Peugeot 306

9. L’Opel Corsa

(437 095 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Opel Corsa

8. La Volkswagen Golf 3

(448 726 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Volkswagen Golf III

7. La Peugeot 405

(476 087 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Peugeot 405

6. La Ford Fiesta

(501 212 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Ford fiesta

5. La Citroën AX

(534 573 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Citroën AX

4. La Peugeot 106

(576 091 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Peugeot 106

3. La Renault 19

(717 524 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Renault 19

2. La Peugeot 205

(731 447 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Peugeot 205

1. La Renault Clio I

(1 232 472 modèles vendus entre 1990 et 1996)

Renault Clio I

Entre 10 000 et 870 000 voitures concernées

D’après Christophe Najdovski, adjoint en charge des transports à la Mairie de Paris, seuls « 10 000 véhicules environ » seront directement touchés par cette interdiction. En revanche, le cabinet d’expert automobile Inovev table sur un chiffre réel autour de 500 000 voitures bannies. L’association « 40 millions d’automobilistes » parle, elle, de « plus de 870 000 véhicules concernés » et s’inquiète d’un préjudice de dévaluation de 1 250€ en moyenne par auto, soit un total de 1,08 Md€.