Les tests salivaires remplaceront-ils les tests sanguins pour détecter les stupéfiants ?

Tests salivaires sur la route

C’est une actualité qui ne vous a peut-être pas échappé. La Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière (DISR) et la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA) vont mettre en place la technique de prélèvements salivaires lors des contrôles routiers pour dépister les conducteurs sous l’emprise des stupéfiants.

Votre comparateur d’assurances auto vous explique ce que ce dispositif apporte comme nouveauté.

Une méthode préventive à titre expérimental

Le dépistage de stupéfiants au volant lors des contrôles routiers ou lors des accidents de la route se fait actuellement par un premier prélèvement salivaire suivi d’un prélèvement sanguin en milieu hospitalier si ce premier s’avère positif.

La DISR et la MILDECA souhaitent remplacer ce test sanguin par le prélèvement salivaire. Donc, pendant ce dernier trimestre de 2014, un deuxième test salivaire viendra remplacer le test sanguin lors des dépistages par les forces de l’ordre dans une dizaine de départements. La DISR et la MILDECA souhaitent expérimenter ce nouveau dispositif qui s’avère moins long et moins coûteux que le dépistage traditionnel. Le deuxième dépistage salivaire servira de confirmation au premier test salivaire si celui-ci est positif.

Tests salivaires sur la route

Source : 20minutes.fr

Une analyse salivaire coûte moins chère qu’une analyse sanguine car le prélèvement peut se faire hors laboratoire et ne requiert aucune compétence médicale. La sécurité routière espère ainsi augmenter le nombre de dépistage lors des contrôles routiers.

Le seuil d’intolérance

Selon des témoignages recueillis par LeParisien.fr, toxicologues et consommateurs s’accordent à dire que ce test n’est pas fiable, voire inefficace. Pour Patrick Mura, toxicologue et membre de l’Académie nationale de pharmacie, les tests salivaires détectent les résidus de cannabis qui restent en bouche lors de la consommation. Ainsi, une personne qui ne serait plus sous l’emprise de cannabis pourrait toujours être contrôlée positive.

Quoi qu’il en soit, la loi ne tolère pas les automobilistes qui prennent la route sous l’emprise de stupéfiants car ils mettent non seulement leur propre vie en danger, mais également celle des autres. L’Arrêté du 5 septembre 2001 « fixant les modalités du dépistage des substances témoignant de l’usage de stupéfiants, et des analyses et examens prévus par le code de la route » établit le seuil de tolérance pour le dépistage salivaire comme suit :

  • Cannabis (THC) : 15 ng/ml* de salive ;
  • Amphétamine : 50 ng/ml* de salive ;
  • Cocaine : 10 ng/ml* de salive ;
  • Opiacés (substances dérivées de l’opium comme la morphine) : 10 ng/ml* de salive.

*Nanogramme par millilitre

Automobilistes, soyez responsables car prendre la route alors que vous n’êtes pas en possession de tous vos moyens est très dangereux. En outre, un contrôle positif entraînera une résiliation automatique et immédiate de votre assurance auto et il vous sera très difficile de trouver une assurance auto pour résiliés.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres