Radars double face : une nouvelle génération d’appareils testée

Radars automatiques et flash

Pour faciliter l’identification des automobilistes et la lecture de leur plaque d’immatriculation, le gouvernement expérimente une nouvelle génération de radars dits « double-face », capables de flasher l’avant ainsi que l’arrière des véhicules. Souriez, vous êtes flashés !

Sur la départementale 301 à Feyzin dans le département du Rhône, il est possible de croiser depuis ce vendredi 12 décembre un appareil aux flashs démultipliés. A chaque dépassement de la vitesse autorisée, le radar photographie l’avant puis l’arrière du véhicule afin d’identifier clairement la plaque minéralogique du contrevenant.

Baptisé sans équivoque « double face », ce nouvel appareil serait en passe de détrôner dès 2016 les quelques 2187 radars classiques déployés sur toute la France, selon les résultats obtenus après sa période « test » de 3 mois minimum. Aussi, dès le mois de janvier un deuxième radar sera mis en fonction sur la départementale 6 à Lacanau (Gironde), puis à Saint-Laurent-d’Arce (Gironde) sur la départementale 137 et à Nice sur la départementale 6098.

Ne vous étonnez pas si ces nouveaux venus arborent des apparences différentes : le gouvernement ne s’est pas encore mis d’accord sur le type de radars « double face » à conserver. Le premier appelé « cabine unique » est doté de deux optiques flashant simultanément avant et arrière, le second dit à « cabine double » est composé de deux radars séparés de quelques mètres. Dans les deux cas, le but est le même : flasher pour verbaliser !

La fraude à l’identité épinglée

Alors qu’à ce jour 38% des clichés pris par les radars ne sont pas exploitables, cette innovation a pour fonction première d’améliorer l’identification des automobilistes aux pieds lourds. Elle devrait également réfréner les adeptes de la fausse déclaration d’identité de la personne au volant, une combine que certains Français n’hésitent pas à mettre en œuvre pour conserver leurs points. En flashant l’avant du véhicule, les radars « double face » enregistrent l’identité du conducteur et limitent ainsi la fraude.

Pas de panique, les quelques appareils déployés – bien qu’en état de marche – n’engendreront pas de contravention pour les personnes flashées. L’expérimentation irrite pourtant déjà l’association 40 Millions d’Automobilistes qui voient là une nouvelle occasion pour l’Etat de remplir ses caisses, au lieu d’établir de nouvelles campagnes de prévention routière… Affaire à suivre !

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres