VTC et Taxis : vers une réconciliation ?

Il y a un peu plus d’un an, les taxis déclaraient la guerre aux voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC) dénonçant une concurrence déloyale. Ce jeudi 24 avril 2014, le député socialiste, Thomas Thévenoud, a remis un rapport comportant une trentaine de propositions à Manuel Valls afin d’éclaircir la situation entre ces deux corps de métier.

Votre comparateur d’assurances auto LeLynx.fr vous résume les points clés de ce que propose ce rapport.

Améliorer le service des taxis

Thomas Thévenoud, propose dans son rapport, d’avoir une couleur unique pour les taxis afin que le client puisse mieux les identifier dans la rue, sans doute a-t-il été inspiré des taxis jaunes à New York.

Parmi les propositions, les taxis devraient être équipés de terminaux de paiement électroniques qui permettraient au client de payer par carte bancaire. Le montant minimum de 15 euros, pour le paiement par CB qui est proposé par certains taxis uniquement, sera rabaissé.

Lorsque vous commandez un taxi, le chauffeur met immédiatement son compteur en marche qui tourne jusqu’à ce qu’il vous récupère et ce montant s’ajoute à la course. Le rapport préconise que ce montant soit, à l’avenir, fixé au même tarif que la course minimum, ce qui équivaut à 6,86 euros.

Comme pour les bus en centre ville, poursuit ce rapport, les taxis devraient également avoir un couloir bien à eux… sur les autoroutes. Et pour les courses vers les aéroports, un forfait semble mieux adapté qu’un montant variable selon le flux du trafic et les kilomètres parcourus.

Comme les VTC, le rapport propose qu’il y ait des applications pour Smartphone permettant au client de repérer le taxi le plus proche de lui dans la rue.

Un meilleur encadrement pour les VTC

Afin d’éviter que les VTC empiètent sur le territoire des taxis, le rapport propose de distinguer le fonctionnement des deux services, en attribuant à chacun un mode opératoire différent.

Les VTC ne devraient pas pouvoir facturer la course selon la distance parcourue mais devraient offrir des forfaits et pour les longues distances, la location à l’heure. Les VTC vont se voir interdire la géo-localisation sur les applis pour Smartphone – service qu’ils proposent déjà à travers l’appli Uber.

Ils vont devoir se contenter des réservations à l’avance ou pour les demandes de dernière minute, ils devront faire attendre le client. Rappelons-le, le Conseil d’Etat avait rejeté le décret qui imposait un délai d’attente d’au moins 15 minutes avant que les VTC prennent en charge le client.

Les chauffeurs des VTC vont devoir suivre des formations et ne pourront pas exercer comme chauffeur de taxi en parallèle. Le rapport demande à ce que les sociétés de VTC soient également immatriculées pour un meilleur contrôle, surtout en ce qui concerne les assurances, et les voitures devraient se soumettre à une révision technique tous les 6 mois.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres