Sondage LeLynx.fr : 74 % des conducteurs favorables au développement des caméras embarquées

camera-embarquee-voiture-accident

74 % des sondés considèrent les caméras embarquées comme un vrai plus en matière de sécurité routière. Particulièrement utile en cas d’accident ou de litige, ce petit outil technologique pourrait bientôt faire partie du quotidien de tous les conducteurs.

Enquête réalisée auprès de 167 internautes anonymes abonnés à la newsletter de LeLynx.fr (mai 2015).

sondage-camera-embarquee

Le résultat est sans appel : malgré quelques réticences liées à la perte d’intimité, les sondés sont très majoritairement pour le développement des caméras embarquées dans les voitures de demain. Pour rappel : ces outils n’ont pas vocation à filmer l’intégralité des voyages, mais simplement des séquences de dix minutes, qui s’effacent automatiquement au fur et à mesure si aucun accident ne survient.

« Un témoin incontestable »

Pour les partisans du « oui », la caméra embarquée est avant tout synonyme de sécurité pour « éradiquer les comportements délinquants sur la route » et lutter contre les délits de fuite. En cas de litige, les internautes sont nombreux à la voir comme un allié, un témoin objectif et incontestable : « Cela éviterait beaucoup de conflits entre les conducteurs et les assurances », explique un sondé.

Conscients qu’il est souvent difficile de déterminer les responsabilités de chacun lors d’un accident et qu’assurer un véhicule avec malus a un coût non-négligeable, les défenseurs des caméras embarquées y voient une occasion de simplifier les démarches et de faire éclater la vérité. Certains proposent déjà d’étendre le procédé aux motos, tandis que d’autres imaginent les dashcams obligatoires pour tous les conducteurs : « Fini les contestations inutiles ! ».

Les sondés favorables soulèvent également la question du rôle de la justice, qui selon eux devrait prendre une position claire sur le sujet : « Il faut que les tribunaux prennent ces caméras en considération en cas de problème. Un rapport d’expertise n’est pas toujours juste et il n’y a pas de raison d’y laisser des plumes quand on est victime ! ». Le rôle des assureurs dans la généralisation de cet outil a également beaucoup été mentionné : « Avant d’investir, les compagnies d’assurance devraient nous accompagner et nous orienter sur le sujet ».

« Halte au flicage ! »

De l’autre côté de la barrière, les partisans du « non » campent sur leurs positions. Les caméras embarquées leur évoquent avant tout une perte d’intimité : « Une voiture doit rester un lieu privé », regrette un sondé ; « C’est pénible d’être sous surveillance continuellement », constate un autre.

Solution intermédiaire, certains internautes recommandent un usage de ces caméras « uniquement dans des endroits spécifiques ou dangereux ». Certains vont encore plus loin et souhaiteraient réduire à zéro la part d’électronique dans les voitures, jugée dangereuse car provoquant « un manque d’attention de la route ».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres