Les comportements à risques sur la route persistent selon Axa

Du 12 au 24 décembre 2013, TNS Sofres a mené une enquête sur la sécurité routière pour Axa prévention auprès d’un échantillon de 1200 automobilistes représentatif de la population. Votre comparateur d’assurances auto LeLynx.fr vous fait un résumé des résultats, pas très flatteurs, de cette enquête sur les mauvaises habitudes des automobilistes Français publiés ce mardi 29 avril 2014.

Le téléphone: mauvais ami du conducteur

On aura de cesse de vous le dire, quand vous conduisez, il faut être prudent. Pour la sécurité de tous, notre attention doit se focaliser sur la route et il faut éviter toute forme de distraction. Et pourtant, les résultats de cette enquête révèlent que 34% des sondés admettent téléphoner pendant qu’ils conduisent; chiffre ayant presque doublé en 10 ans.

Parmi ces utilisateurs de téléphone au volant, 42% d’entre eux n’utilisent pas le kit mains-libres et 19% vont même jusqu’à consulter et envoyer des sms. Un jeune conducteur sur deux le fait contre un tiers des automobilistes de plus de 25 ans.

Non- respect du code de la route

L’automobiliste qui tourne ou double un autre véhicule sans mettre son clignotant est dangereux et commet une infraction. Ce n’est hélas pas prêt de changer car, toujours selon cette enquête, ils sont 47% à négliger de le faire.

Pas d’amélioration non plus en ce qui concerne le respect des feux de signalisation en ville. Un peu trop pressés, 3 automobilistes sur 4 accélèrent au feu orange pour éviter de patienter pendant un feu rouge. Et pour arriver plus vite à destination, ils sont 30%, contre 23% en 2004, à faire 4 à 5 heures de route sans faire de pause après deux heures de conduite comme recommandée par la sécurité routière.

Petits points positifs qui émanent de cette enquête concerne la limite de vitesse et l’alcool au volant. Les participants à l’enquête sont 46% à rouler à 65 km/h en ville: une baisse de 5% comparer à 2004. Sur l’autoroute, les participants se disent moins nombreux à passer la barre des 170 km/h: ils sont 19% maintenant contre 29% il y a une décennie. Après avoir dépassé la limite d’alcool autorisée au volant, ils ne sont que 6% à persister à conduire contre 14% en 2004.

Révélation surprenante: le profil du mauvais conducteur perd sa suprématie masculine et se retrouve sur un même pied d’égalité que la gente féminine. Il y a dix ans, les femmes dominaient dans la catégorie du bon conducteur mais l’enquête révèle que seulement un bon conducteur sur deux est une femme.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres