Et si on revenait aux panneaux indicateurs de radars ?

«Je n’exclus pas un retour aux panneaux fixes pour indiquer les radars…». Cette surprenante phrase qui émane du patron de la sécurité routière, Frédéric Péchenard, nous est rapportée par le magazine Auto Plus dans son édition du lundi 12 novembre 2012.

Alors que son prédécesseur Jean-Luc Nevache, dont les pas dictés par le ministre de l’Intérieur d’alors Claude Guéant, semblait persuadé que le remplacement des panneaux indicateurs de radars par des radars pédagogiques relevait de l’idée du siècle, Frédéric Péchenard semble émettre les soupçons d’une idée finalement pas si géniale. Explications…

Retour aux panneaux indiquant les radars: est-ce au moins possible?

«Les radars pédagogiques ont des avantages et des inconvénients. À chaque fois, on teste un certain nombre de dispositifs. Ensuite, il faut être pragmatique: s’ils sont très bons, on les garde et on les renforce. S’ils sont mauvais, on les enlève. S’ils sont améliorables, on les améliore.» Voici, au mot près ce qui a conduit Frédéric Péchenard a formulé l’hypothèse d’un retour aux panneaux, nous dit Auto Plus.

Le magazine ajoute d’ailleurs que le sujet sera discuté le 27 novembre dans le cadre de la relance du Conseil national de la sécurité routière, laissé à l’abandon depuis 2008 et pourrait donner naissance à une mesure prise lors du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) prévu début 2013.

Résolument pour le redéploiement des panneaux indicateurs de radars sur les routes, Auto Plus nous livre ses 4 bonnes raisons de croire qu’un retour à ce dispositif est possible:

  • Dans la phrase «Je n’exclus pas de mettre les radars pédagogiques dans d’autres positions et d’autres circonstances. Ça peut avoir un effet très favorable, justement là où il n’y a pas de radars» également prononcée par M. Péchenard, Auto Plus voit une place redonnée à la prévention routière, laquelle semblait avoir disparue en même temps que les premiers panneaux des radars;
  • Ce sentiment d’une réhabilitation de l’aspect préventif de la sécurité routière est renforcé par le ralentissement du remplacement des panneaux par des radars pédagogiques et l’accélération du déploiement de ces derniers à des fins strictement pédagogiques, c’est-à-dire sans que suivent nécessairement des radars fixes;
  • Sur l’autoroute, les panneaux sont plus appropriés que les radars pédagogiques car ces derniers disposent d’un «affichage trop petit pour être lisible»;
  • Conscient de ce que l’investissement financier dans le remplacement des panneaux par des radars pédagogiques a été lourd, Auto Plus propose non pas de revenir complètement en arrière mais de «surmonter les radars pédagogiques qui précèdent une cabine d’un petit panneau informatif»…

Source: François Tarrain, Auto Plus, n°1262, lundi 12 novembre 2012.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres