Sécurité routière : vers des avertisseurs de zones dangereuses ?

Dans le long et houleux bafouillage autour des mesures récentes de sécurité routière, le ministère de l’Intérieur a finalement conclu un accord avec les principaux acteurs du marché des avertisseurs de radars, Coyote, Inforad ou encore Wikango.

La volonté première du gouvernement était d’interdire, bonnement et simplement, tous les avertisseurs de radars. Finalement, il a été convenu que ces mêmes avertisseurs de radars allaient être transformés en appareils «permettant de signaler les zones dangereuses».

«Interdiction d’avertir de la position exacte des radars»

Cet accord, conclu lors d’une réunion avec l’Association française des Fournisseurs et utilisateurs de technologies et d’aide à la conduite (Afftac), n’infléchit pas, selon Claude Guéant, la volonté du gouvernement d’interdire «d’avertir de la position exacte des radars».

Cette précision vise directement à rassurer les associations de lutte contre la violence routière, et notamment la ligue contre la violence routière, dont la présidente Chantal Perrichon a rappelé son exaspération en déclarant «Nous commençons à saturer avec les communiqués imprécis qui engendrent la confusion», en particulier relativement à la question de la suppression des panneaux indicateurs de radars.

Source: Le Figaro.fr

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres