Les routes parisiennes bientôt au ralenti ?

Afin de lutter contre la pollution automobile, la ville de Paris pourrait restreindre la circulation automobile et l’une des mesures phares de la politique ainsi menée par le maire Bertrand Delanoë, laquelle devrait être présentée le 12 novembre au Conseil de Paris, consisterait à abaisser la vitesse autorisée à 30km/h dans certaines zones.

En effet, nous dit LeMonde.fr, «De nouvelles « zones 30 » [comprenez donc des zones où la vitesse sera limitée à 30km/h, ndlr] vont être mises en place, notamment à la Goutte-d’Or dans le 18e arrondissement» mais aussi « dans les rues autour des écoles, des équipements sportifs ou culturels.»

En 10 ans, 40% des parisiens ont délaissé l’auto au profit des transports publics

La rédaction du quotidien en ligne nous apprend également que ces premières mesures, c’est-à-dire l’instauration de zones limitées à 30km/h, dites «zones 30» nécessiteront une collaboration étroite entre la municipalité et la préfecture afin de «délimiter au cas par cas, des axes où la réduction de la vitesse sera « crédible » pour les automobilistes et techniquement réalisable».

L’Automobile Club Association s’est exprimé sur la question le 25 octobre dernier en publiant un communiqué dans lequel elle s’oppose fermement à la création de zones 30 et en particulier, à l’inclusion dans ces zones des Grands Boulevards.

Or, la lutte contre la pollution de l’air n’est pas le seul argument avancé par la municipalité pour imposer des zones de circulation limitées à 30km/h. En effet, la mairie, s’appuyant sur une étude de l’Office national interministériel de sécurité routière, brandit l’arme banale mais quasi imparable de la réduction des risques d’accidents corporels et mortels.

Aux termes de cette étude, l’ONISR a estimé qu’une «diminutionde 5 % de la vitesse réduit le risque d’accident corporel de 10 % et le risque d’accident mortel de 20 %». L’Automobile Club considère qu’il faut nuancer ces chiffres au motif que «les zones 30 sont normalement destinées à des rues d’importance secondaire où le taux d’accidents est généralement faible. Or, le plus souvent, les conditions de la voirie ne permettent pas de rouler à 50 km/h dans les quartiers concernés. L’analyse détaillée des accidents survenant en milieu urbain montre que c’est rarement la vitesse (en valeur absolue) qui est en cause.»

La ZAPA remise au goût du jour?

La politique de restriction de la circulation automobile à Paris s’accompagne selon LeMonde.fr d’une remise au goût du jour de la délicate question des zones d’actions prioritaires pour l’air (ZAPA), rouverte par la ministre de l’Écologie Delphine Batho.

Ce dispositif, lancé puis avorté dans l’œuf par le gouvernement précédent, visait à interdire la circulation dans certaines zones en centre-ville des «véhicules particuliers et utilitaires de plus de 17 ans, des poids lourds de plus de 18 ans et des deux-roues de plus de 10 ans.» Selon les souhaits de la ministre, il devrait entrer en vigueur en 2014.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres