CNSR : boîtes noires au programme mais pas plus de radars ?

Le Conseil National de la Sécurité Routière, regroupant une cinquantaine de membres (élus, représentants d’associations…) se réunit aujourd’hui, vendredi 21 juin 2013. L’objectif de cette réunion? Trouver de nouvelles solutions à soumettre au gouvernement pour réduire le nombre de morts sur la route.

Une boîte noire dans les voitures

Parmi les grands thèmes abordés au cours de la réunion, les boîtes noires auront une place prépondérante. Comme dans un avion, leur rôle serait d’enregistrer des données sur ce qui ce qui s’est passé dans la voiture dans les quelques minutes précédant l’accident. Les informations recueillies par cette boîte noire seraient de nature purement technique (freinage, vitesse, déclenchement des airbags…). Afin de protéger la vie privée des automobilistes, aucun enregistrement audio ou vidéo du conducteur et de ses passagers n’est prévu.

Selon Armand Jung, Président du CNSR, cet appareil, répondant au nom d’ «enregistreur de données d’accidents», servirait à responsabiliser l’automobiliste qui se montrerait plus prudent car il saurait qu’il ne peut plus mentir sur les circonstances de l’accident. Ce système est vanté par Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière, qui explique que depuis que la police de Berlin en a équipé ses voitures, elles auraient moins d’accidents (36% en moins en quelques mois).

Si elle est adoptée, une telle mesure devra cependant attendre plusieurs années, selon Armand Jung. Il faudra que les constructeurs auto s’adaptent et que la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), l’instance chargée de la protection des données personnelles, donne son accord à un tel traitement de données. Installer cet appareil dans une voiture coûterait environ 150 euros.

Pas plus de 4 200 radars sur la route

Dans une interview accordée à LeParisien.fr, Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la Sécurité routière déclare ne pas vouloir implanter plus de radars sur les routes françaises pour l’année 2013. Ces propos rejoignent ceux de Manuel Valls qui s’était déjà exprimé en ces termes dans le numéro d’AutoPlus du 1er avril 2013.

Le délégué interministériel explique qu’une fois atteint le chiffre de 4200 radars, ils seront en nombre suffisant. Il ajoute que la prochaine étape sera de moderniser le dispositif, en remplaçant les cabines par des radars-tronçon, par exemple.

Il s’est à nouveau exprimé sur les radars abusifs relevés au mois d’avril par 40 Millions d’Automobilistes. Les emplacements des 72 radars ont été étudiés et un rapport sera prochainement remis aux élus, mais selon lui, «il n’y a pas grand-chose à changer». Il rajoute que ces radars ne représentent que 3% du total, ce qui veut dire que les 97% restants sont parfaitement installés.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres