Report sine die des éthylotests : la débâcle de Contralco

Les plus attentifs d’entre vous auront noté qu’après le remous suscité par la pertinence ou non d’obliger les conducteurs à détenir un éthylotest non usagé à bord de leurs véhicules, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a finalement opté le 24 janvier dernier pour un report sine die de cette mesure.

Or, les plus latinistes d’entre vous savent également que le report sine die, qui signifie dans le texte «sans date fixée», peut être considéré comme un désaveu même du bien-fondé de celle-ci.

Contralco supprime 150 postes

Ayant tout misé sur le décret de février dernier rendant obligatoire la possession d’un éthylotest à bord de chaque véhicule en juillet, le leader de la fabrication de ces appareils, Contralco avait renforcé ses rangs en embauchant plusieurs personnes.

Or, la société aurait annoncé mardi 29 janvier, nous rapporte LeParisien.fr, que suite à la décision de Manuel Valls, elle serait contrainte de procéder à une réduction de moitié de ses effectifs, passant ainsi de 310 à 160 salariés.

Pour rappel, Contralco sentant le mauvais coup (à savoir l’abandon de la mesure) venir, avait adressé un courrier le 04 décembre dernier au gouvernement pour lui signifier entre autres que des postes seraient menacés.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres