Radars : première baisse du nombre de flash depuis 10 ans !

Alors qu’on ne cessait de constater d’année en année que le nombre de flashs enregistrés par les radars automatiques était en augmentation constante, il s’avèrerait, nous apprend la rédaction de l’Express.fr, que l’année 2013 n’ait finalement pas été si bonne pour les cabines flasheuses.

Pour vous donner une petite indication de la baisse de régime des radars, sachez que de janvier à octobre 2013, plus de 15 millions de flashs ont été comptabilisés. Or, la même période de l’année 2012 enregistrait déjà plus de 17 millions de flashs, soit une baisse de 12.5%.

Moins de flashs = moins d’argent pour l’État?

Vous l’aurez compris, qui dit moins de flash, dit aussi moins de PV, cela va de soi mais ceci signifie-t-il aussi moins d’argent récolté par l’État? Pas vraiment, précise l’Express.fr puisque de toute façon «tous les clichés ne sont jamais exploités à 100%» et les images inexploitables «diminue[nt] aussi d’année en année», passant de 42.7% en 2012 à 39.4% en 2013.

Concrètement, ça veut dire que 9.14 millions de contraventions ont été envoyées sur les plus de 15 millions, ce qui représente un taux de conversion de 60.6%, supérieur à celui enregistré en 2012 (57.3%).

Du coup, le nombre de PV envoyés, il y en a eu moins que les années précédentes donc, n’a finalement diminué que de 7.4%. Même constat du côté des fruits des radars de feux rouges et de passage à niveau où la diminution est de l’ordre de 6.5% par rapport à 2012, avec 537 600 PV dressés. En gros, la recette des radars pour 2013 devrait être de 613 millions d’euros.

À quoi est due la baisse du nombre de flashs?

Comment faut-il interpréter cette baisse du nombre de flashs en 2013? Doit-on se féliciter du fait que les usagers de la route sont aujourd’hui bien plus prudents et soucieux de leur sécurité et de celle des autres?

Rien n’est moins sûr puisque l’argument de l’indisponibilité des radars, due au changement de prestataire assurant la maintenance des appareils, est largement soulevé. En effet, en mai dernier, seuls 80% des radars étaient disponibles. En d’autres termes, 670 appareils environ sur 3350 installés à l’époque ne fonctionnaient pas. Ajoutez à ça les manifestations anti-écotaxe desquelles une centaine de radars ne s’est jamais remises, et vous aurez alors les éléments justifiants la baisse des PV…

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres