Radars mobiles : le nouveau jackpot de la sécurité routière ?

Les radars mobiles nouvelle génération ont été mis en service depuis le 15 mars 2013 et selon Le Figaro, 300 00 automobilistes ont été flashés en un an.

Vous vous en souvenez sûrement, il y a peu de temps, votre comparateur d’assurances LeLynx.fr vous expliquait ce qu’étaient les radars mobiles nouvelle génération, aussi appelés les radars mobiles-mobiles. Faisons le point sur ce bilan choc!

Une arme redoutable pour la sécurité routière

Contrairement aux radars fixes, ces nouveaux radars, dits mobiles-mobiles, sont invisibles car nous ne pouvons pas les voir et ne savons pas où ils sont. Intégrés dans des voitures banalisées de police, ou de gendarmerie, se faufilant dans le flot de la circulation, ces radars mobiles-mobiles, complémentaires aux radars fixes, peuvent être en train de rouler à vos côtés chaque jour.

Ce dispositif flashe les automobilistes considérés comme dangereux et un système de prise de vue installé sur le tableau de bord relève la photo du véhicule sans que le conducteur ne s’en rende compte. L’infraction est localisée par des relevés de coordonnées GPS qui indiquent également l’heure à laquelle elle a été commise.

Toujours selon Le Figaro, 90% des flashs sont des excès de vitesse situés entre 10 et 30 km/h et 9% des vitesses de 30 à 60 km/h. Plus performants, ces radars mobiles-mobiles flashent 1% des grands excès de vitesse supérieurs à 60 km/h contre 0,2% pour les radars classiques. Cette nouvelle arme de la sécurité routière est indétectable; un véritable espion que les automobilistes redoutent.

La route: un traquenard?

Sur les 300000 automobilistes flashés, «180000 (…) ont donné lieu à des avis de contravention, le reste ne pouvant être utilisé en raison de photos mal prises, de plaques peu lisibles…», rapporte Le Figaro. Le journal nous met en garde contre des Berlingo équipés de ce nouveau dispositif qui circuleront sur nos routes à partir juin de cette année et d’ici 2015, au total 300 véhicules seront opérationnels.

En outre, Henri Prévost, délégué interministériel adjoint à la sécurité routière, a annoncé dans un entretien au Parisien qu’il est prévu que 4 radars fixes double face soient mis en place pour relever la plaque arrière et avant des véhicules afin d’augmenter le nombre de flashs qui aboutiront à une contravention.

Alors que l’objectif de mettre plus de radars est de faire baisser le nombre d’accidents et de morts sur nos routes, certains automobilistes voient en cela «une atteinte à la liberté de circuler» et les associations de défenses des automobilistes ne voient qu’une nouvelle façon pour la sécurité routière de se faire plus d’argent.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres