Quelles sont les voitures les moins chères à assurer ?

Comme vous le savez, les voitures sont plus ou moins chères à assurer selon leur modèle. Ainsi, lors de l’achat d’une nouvelle voiture, ce critère doit être pris en compte. Pour vous simplifier la tâche, l’Argus vient de rendre publics les résultats d’une étude sur le prix des assurances auto.

Tous les prix ont été relevés pour le même profil, un cadre nantais de quarante ans, qui parcourt 15000 kilomètres par an, assuré depuis 18 ans et qui bénéficie d’un bonus de 40%. Les prix de plus de 50 assureurs ont été comparés pour une assurance tous risques.

Les voitures les moins chères à assurer par catégorie

Ainsi, les résultats de l’étude sont les suivants.:

  • Voitures citadines: Chevrolet Spark, avec 338 euros par an.
  • Voitures polyvalentes: Dacia Sandero, avec 400 euros par an.
  • Voitures compactes: Dacia Logan, avec 434 euros par an (152 euros moins cher que la Toyota Auris, la plus chère de la catégorie).
  • Voitures familiales: Peugeot 508, avec 555 euros par an.
  • Monospaces et Ludospaces: Dacia Lodgy, avec 423 euros par an.
  • SUV: Nissan Juke, avec 445 euros par an.

L’Argus note de surcroît qu’il n’est pas forcément intéressant de choisir sa voiture uniquement en fonction du prix à l’achat. Parfois, deux modèles aux prix similaires peuvent avoir des prix d’assurance très différents. Par exemple, dans la catégorie des familiales, la Peugeot 508 (29650 euros) est plus chère à l’achat que la Kia Optima (28350 euros), pourtant, son assurance est bien moins chère: 555 euros contre 615 euros, soit une différence de 60 euros! Cela est dû au fait qu’il n’y a pas que le prix de la voiture qui détermine le montant de son assurance. D’autres facteurs, comme le coût des pièces qui la composent ou ses performances ont également une influence.

Le site précise également que si une voiture est effectivement de moins en moins chère à assurer avec le temps, l’ancienneté du véhicule n’a pas d’incidence forte sur le prix de l’assurance, comptez environ 5% en moins sur 8 ans. Pourquoi un impact si limité? Une voiture ancienne a moins de valeur qu’une neuve. Puisqu’une voiture baisse de prix avec le temps, on pourrait croire que le prix de l’assurance baisserait proportionnellement. Après tout, en cas de perte du véhicule, l’assureur aurait moins d’argent à nous rembourser. Logiquement: remboursements moindres est synonyme de prime moindre.

Sauf que les assureurs ne couvrent pas que la perte totale du véhicule. Ils couvrent également des sinistres de moindre ampleur, qui nécessitent des réparations. Et ces «petits» sinistres arrivent bien plus souvent qu’une destruction du véhicule. Or les indemnisations engendrées par ces sinistres sont fixes avec le temps: le prix des pièces ou de la main d’œuvre ne baisse pas en fonction de l’ancienneté du véhicule. Puisque ces sinistres ont bien plus de chance d’arriver et représentent un risque fixe, ils minimisent l’effet de l’indemnité réduite en cas de perte du véhicule.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres