Le profil d’un auteur présumé d’un accident mortel

Un accident de la route est un évènement que nul ne peut prévoir. Alors que la sécurité routière pointe du doigt plusieurs facteurs qui augmenteraient les risques d’accidents mortels, peut-on réellement définir un profil type de l’automobiliste Auteur Présumé d’un Accident Mortel (APAM) ?

Un automobiliste presque vertueux

Non, non ! Rassurez-vous, ce n’est pas un récit où votre comparateur d’assurance auto va se la jouer façon profiler et va aller fouiller le passé des automobilistes impliqués dans un accident ayant entraîné la mort d’un tiers ou de la sienne. C’est à partir des données nationales relatives aux APAM publié par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) qu’un profil a été établi.

Ainsi, selon les éléments principaux sur lesquels s’appuient l’ONISR, – le profil de l’automobiliste, le véhicule utilisé et le type de voirie où s’est produit l’accident – cette personne pourrait correspondre au profil suivant :

«Un homme jeune, entre 18 et 28 ans, résidant dans le département où s’est produit l’accident. Il se déplace au volant d’un véhicule léger dont il est propriétaire et se retrouve impliqué dans l’accident alors qu’il sort pour la promenade ou le loisir. Les accidents se produisent plus fréquemment en fin de semaine (vendredi, samedi et dimanche) et entre 15h et 21h pour 4 accidents sur 10.

Dans 60% des cas, il succombe et les probabilités qu’il s’en sorte indemne ne sont évaluées qu’à 27%.Plus de la moitié des APAM n’ont pas d’antécédents judiciaires et seulement 9,40% d’entre eux ont été condamné pour conduite en état d’ivresse. Un APAM sur deux possède ses 12 points sur son permis et 95% des véhicules sont à jour niveau assurance.»

Les principales causes d’accidents restent les mêmes

En publiant ces données, la sécurité routière espère amener les collectivités locales à entreprendre des mesures préventives et répressives afin de lutter contre l’insécurité routière.

Pour l’heure, l’ONISR déplore 4 facteurs comme étant les causes principales d’accidents mortels qui, malgré les efforts de sensibilisations de la sécurité routière, ne baissent pas depuis 2010 :

profil-accidents-mortels

Source : Ministère de l’intérieur – ONISR

Selon l’ONISR, 3268 personnes ont perdu la vie sur les routes françaises en 2013. L’objectif de la sécurité routière est de ramener ce nombre en dessous de la barre des 2000 d’ici 2020. Il y a du chemin à faire surtout quand on sait que la Suède compte environ 200 morts par an et qu’elle s’est fixé la même date limite pour atteindre le palier du zéro mort sur ses routes.

Source: ONISR

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres