Pollution : la pastille écologique de retour

Le retour des pastilles anti-pollution

Le ministère de l’Écologie poursuit sa lutte contre la pollution atmosphérique et lance un système de 6 « certificats qualité de l’air ». D’ici au 1er juillet 2016, les automobilistes auront le choix d’apposer sur leur pare-brise, à côté de la vignette de leur assurance auto, une pastille colorée signalant le niveau d’émission de particules émises par leur véhicule.

Trois ans après l’abandon de la « pastille verte » lancée en 1998, l’autocollant écologique réapparaît puissance 6 ! En plus d’un certificat réservé aux véhicules 100% électriques, 6 pastilles de couleur seront mises à disposition, de façon facultative, afin de juger du degré d’émission de dioxydes d’azote et de particules fines des véhicules. En cas de pic de pollution, ces « certificats qualité de l’air » permettront aux forces de l’ordre d’identifier les véhicules propres et de favoriser ainsi leur accès aux zones de circulation restreinte établies par certaines villes. Ces voitures bénéficieront en outre d’avantages en fonction des règles adoptées par les mairies : stationnements gratuits, emprunt de voies réservées, droit de circuler librement…

Priorité aux véhicules propres

L’initiative portée par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, apporte une réponse au  débat suscité par la circulation alternée après les pics de pollution de mars 2015. Alors qu’en cas de circulation alternée, les véhicules pollueurs affichant la bonne plaque d’immatriculation pouvaient tout de même circuler, les pastilles de couleur ne laisseront planer aucun doute quant au degré de pollution des voitures en circulation. La réapparition des pastilles est aussi l’occasion pour la ministre d’encourager la transition vers les véhicules propres : les propriétaires de vieux diesel pourront dès cet été profiter d’un super-bonus de 10 000 € pour l’achat d’une voiture électrique.

Facultatif, mais adoptable par tous

Pastilles écologiques

Après plusieurs retards, le dispositif entrera en vigueur le 1er juillet 2016 pour tous les types de véhicules, deux roues inclus. Les pastilles CRIT’Air pourront être commandées sur le site certificat-air.gouv.fr, ce qui nécessitera d’indiquer le numéro d’immatriculation du véhicule. La pastille écologique sera facturée 4,50€ et envoyée par voie postale.

Allant du vert au gris en passant par le orange, les catégories distingueront les véhicules suivants :

  • Crit’Air 0 (vert) : réservé aux véhicules à zéro émissions : 100 % électriques et hydrogène ;
  • Crit’Air 1 (violet) : essence à partir du 1er janvier 2011 ;
  • Crit’Air 2 (jaune) : essence entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010, diesel à partir du 1er janvier 2011 ;
  • Crit’Air 3 (orange) : essence et entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2005, diesel entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010 ;
  • Crit’Air 4 (marron) : diesel entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005 ;
  • Crit’Air 5 (gris) : diesel entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000.

Les véhicules essence et diesel immatriculés avant le 31 décembre 1996 se sont pas éligibles à l’obtention d’une pastille Crit’Air.

Attention, un automobiliste ayant marqué sa voiture de la mauvaise vignette écologique s’expose à une amende de 68€.

Certaines villes à l’image de Grenoble et Paris accueillent le retour des pastilles avec enthousiasme et entendent mettre en place des mesures favorisant leur promotion. En Europe, plus de 200 villes dont Londres et Berlin ont déjà tenté l’expérience de la circulation restreinte avec succès.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres