Paris : les voies sur berges mettent les automobilistes en colère

Depuis le 1er septembre, la voie express Georges Pompidou a dû faire de la place aux piétons, dans le cadre du projet de l’ouverture des voies sur berges cher à Bertrand Delanoë.

Parenthèse ouverte – en ce qui concerne les voies sur berges, vous pourrez lire dans la presse les termes «ouverture» ou «fermeture» de celles-ci. Tout ceci n’est que question de point de vue, à savoir si l’on se place du côté du piéton auquel cas il s’agit de l’ouverture des voies sur berges ou du côté des automobilistes, auquel cas il s’agit bien évidemment de la «fermeture des voies sur berges» – parenthèse refermée.

Concrètement, il a fallu pour accueillir les piétons, réduire la voie Georges Pompidou de 7 à 6 mètres de large, sur 1,5 kilomètre, entre le square de l’Hôtel-de-Ville et le quai Henri-IV, y installer 4 feux tricolores et des passages cloutés pour accéder à la Seine.

40 millions d’automobilistes et l’ACDA contre l’ouverture des voies sur berges

Sous l’égide de l’association 40 millions d’automobilistes, une pétition sobrement intitulée «Non à la fermeture des voies sur berges» circule sur Internet.

Partant du principe que la fermeture des voies sur berges aux automobilistes est un contre-sens économique, un contre-sens écologique, un contre-sens social, un contre-sens touristique, un contre-sens sécuritaire, un contre-sens de mobilité urbaine et un contre-sens politique, l’association d’automobilistes laisse peu de place au bien-fondé de cette mesure.

Vous pouvez d’ailleurs découvrir la vidéo réalisée par l’asso ici même:

Source: 40millions d’automobilistes

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres