Paris : la dernière PPRama de la Préfecture de police

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas encore, la Préfecture de police (PP) de Paris publie depuis le 16 avril 2008 une lettre d’information hebdomadaire. Définie comme le «panorama hebdomadaire de la préfecture de police», la PPRama s’est créée à l’origine pour «faire découvrir la vie d’une administration composée de quelque 45 000 fonctionnaires dont les missions sont au cœur de la vie de la cité et ses actions sous les feux des projecteurs de l’actualité.»

Dans son édition n°249 du 02 janvier 2013, soit la dernière en date donc, la newsletter nous livre le Best Of des numéros précédents.

PPRama: la police aurait-elle de l’humour?

Nous ne rendrons évidemment pas compte ici de l’intégralité des infos insolites diffusées dans la dernière PPRama. Pour ceci, vous pouvez directement vous rendre sur le site de la préfecture de police, ici.

Non, on est bien plus intéressé par les informations relatives au comportement de certains usagers de la route. Ainsi, la PP nous dit que:

  • Le sujet le plus «audacieux» remonte au 04 mars 2009 (PPRama n°47) et met en scène un «motard verbalisé pour excès de vitesse revenu 20 minutes plus tard» à l’endroit où il a été contrôlé pour tenter de subtiliser «la souche du PV qui lui avait été dressé. Il a non seulement été arrêté et n’en a tiré aucun bénéfice : il s’était emparé d’un carnet de contravention vierge»;
  • Le sujet le plus «inconscient» est paru dans le numéro 105 du 07 avril 2010 et rendait compte de l’histoire d’un motard circulant sur le périph à 190 km/h avec un bras dans le plâtre;
  • Le plus «rancunier» figurait dans le n°101 du 11 mars 2010. Il s’agissait d’un «automobiliste qui, alors qu’il se faisait verbaliser, [a] discrètement crevé les pneus du véhicule des agents et s’est enfuit. Il sera interpellé lorsqu’il viendra récupérer sa voiture à la fourrière.»;
  • Le plus de «points en moins» revient à un automobiliste qui s’est vu retirer 450 points de permis pour 206 excès de vitesse commis au volant d’une voiture de société (PPRama n°100 du 03 mars 2010);
  • La plus mauvaise blague est attribuée à ce conducteur qui, au cours d’un contrôle routier, aurait sorti un faux pistolet pour obliger les policiers à sortir leurs vraies armes (n°99 du 24 février 2010).
Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres