Paris : l’ouverture des voies sur berge n’aura peut-être pas lieu

Alors qu’on vous annonçait triomphant parce qu’on pensait tenir un scoop que seul LeFigaro.fr avait divulgué avant nous, en octobre dernier sous le titre infatué «Paris ouvre ses berges aux piétons» que la ville de Paris ouvrait donc ses voies sur berge aux piétons, le premier Ministre François Fillon a désavoué ce projet le 12 janvier.

Arguant qu’ «en l’état (…), il ne [lui] paraît pas possible que l’État accepte de passer sous silence les manquements et les défauts du projet d’aménagement» des voies sur berge, François Fillon aurait ainsi adressé une lettre à Bertrand Delanoë dans laquelle il précise que «l’État n’entend pas signer de convention avec la ville de Paris, ou prendre toute décision relative aux travaux préparatoires prévisionnels», nous apprend LeMonde.fr.

Voies sur berge à Paris: une décision politique?

Malin comme vous l’êtes, il ne vous aura pas échappé que cette bisbille entre le premier Ministre (de droite) et le maire de Paris (de gauche) ressemble à s’y méprendre à une vile querelle politique.

Si on ajoutait en plus le fait que mercredi 11 janvier, soit la veille de cette annonce, François Fillon a été investi comme candidat de l’UMP aux législatives dans la 2e circonscription de la capitale, candidature interprétée par les esprits les plus «diaboliques» comme révélatrice d’une ambition municipale pour 2014.

Parmi ces esprits pas très bienveillants, on trouve en premier lieu l’intéressé, celui qui portait le projet, à savoir l’actuel maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui analyse le refus premier-ministériel comme « un acte partisan » et « un diktat du gouvernement« , « inacceptable dans sa méthode, son contenu et son principe« .

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres