Des nouvelles du service de voitures électriques Autolib’

Plus de 6 mois après son lancement, où en est le service de location de voitures électriques Autolib’ à Paris, vous interrogez-vous avec beaucoup de curiosité? Les «blue cars» du groupe Bolloré, sont-ce un fiasco ou une réussite? Est-il trop tôt pour juger de l’expérience Autolib?

Non, du tout, le bilan semble tomber à pic puisque la première assemblée générale du groupe s’est tenue le mercredi 06 juin dernier.

Autolib’ plait plus aux hommes de moins de 35 ans

Sur ses 6 mois d’existence, Autolib’ aura fédéré 7 000 personnes. En effet, 7 000 conducteurs ont pris un abonnement annuel. L’objectif du groupe Bolloré? 80 000 abonnés et ce, juste pour atteindre un équilibre financier.

Toutefois, le groupe se laisse 6 ans pour réaliser ce but puisque c’est en 2018 que les 80000 abonnements devront être obtenus, faute de quoi pas de rentabilité. C’est ainsi que le groupe a imaginé quelques solutions pour élargir sa cible et augmenter son portefeuille d’abonnés, telles que:

  • Le doublement de l’objectif: au lieu des 550 stations disponibles aujourd’hui à Paris, Bolloré a l’ambition d’en déployer 550 supplémentaires afin de disposer de1100 stations dans la capitale et de 3000 véhicules;
  • L’alignement du prix de la première demi-heure avec les 30 minutes suivantes;
  • La multiplication de campagnes de communication afin de rendre le dispositif plus visible.

Par ailleurs, l’assemblée générale du groupe Bolloré a permis de mettre en évidence le fait que la clientèle Autolib’ était très majoritairement composée d’hommes de moins de 35 ans. L’un des challenges du groupe sera donc de séduire davantage de femmes.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres