La mise à mort des radars pédagogiques

L’association 40 millions d’automobilistes s’est exprimée sur une note interne de la délégation ministérielle à la sécurité routière (DSCR) datée du 06 juin 2012 dont elle a pu prendre connaissance, recommandant de mettre fin à l’installation de radars pédagogiques.

Vous vous souvenez tous du chaos provoqué en l’an 2011 par le comité interministériel de la sécurité routière et particulièrement sur la question des radars.

La genèse des radars pédagogiques

Pour résumer, il a d’abord été question d’installer plusieurs radars fixes supplémentaires, lesquels ont conduit à une réflexion sur l’opportunité de préserver les panneaux indicateurs de radars.

On s’est alors dit qu’il fallait, au nom de la sécurité routière cela va de soi, supprimer définitivement ces panneaux indicateurs de radars mais, obligés de pallier l’impopularité (et l’obscurité) d’une telle mesure, on a décidé de remplacer lesdits panneaux indicateurs par des radars pédagogiques.

Mais, devant la défaillance de certains radars pédagogiques, on fait clairement référence à la Moselle, il a finalement été décidé qu’on les remplace par des panneaux indicateurs de radars.

Pas forcément convaincus par le brouhaha ainsi causé, les automobilistes et tous les usagers de la route n’ont pas eu d’autres choix que celui d’accepter ces mesurettes. Or, cette note interne de la DSCR si elle est suivie d’effets, prouvera davantage l’inutilité de toute cette agitation.

Car, en effet, la DSCR préconiserait d’arrêter de déployer des radars pédagogiques et de supprimer ceux qui existent déjà pour éviter d’«impacter le budget consacré au contrôle sanction automatisé».

Sans être ministre de l’Intérieur, vous avez naturellement tous compris qu’il s’agit là pour l’État de ne pas perdre d’argent. Or, les radars automatiques ont permis à l’État de récolter 630 millions d’euros en 2011. À côté de ça, un radar pédagogique coûte 10000 euros.

Entre sécurité routière et manne budgétaire, l’objectif recherché par l’installation de radars, quelle que soit leur forme, demeure flou

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres