Le marché de la sécurité routière

Quiconque a regardé le JT de TF1 le 20 juin 2011, a dû être interpellé par un reportage intitulé « Le Business de la sécurité routière ». En effet, la chaîne de télévision a voulu mettre en avant les affaires montées par certains qui ont su tirer profit des nouvelles mesures répressives de sécurité routière.

Des fabricants de radars pédagogiques aux revendeurs de points sur le permis de conduire

Opportunisme ou sens inné des affaires, le reportage s’ouvre sur Gérard Poirot et Jean-Claude Bouton, dirigeants de la société JCB & CO, présents au bon endroit au bon moment.

En effet, ils ont été les premiers à proposer la vente de radars pédagogiques au ministre de l’Intérieur Claude Guéant, quelques minutes à peine après l’annonce de ce dernier de sa volonté d’en déployer sur tout le territoire.

Une belle affaire juteuse pour ces deux hommes puisque le coût d’un radar pédagogique est compris entre 2500 et 3500 euros. Les loueurs de voitures sans permis ou voiturettes ne sont pas en reste. Les automobilistes qui auraient perdu tous leurs points sur leur permis de conduire ont une option : celle de la voiture sans permis, louée à 850 euros par mois.

Les sociétés de location de voiturettes semblent ainsi avoir un avenir florissant, compte tenu du durcissement des mesures de sécurité routière qui se traduit par une multiplication des conducteurs privés de permis. Selon l’un des responsables de la société de location de voitures sans permis Avocars, « Plus il y a de répression, plus il y a de demande ».

200 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires de cette société. Enfin, beaucoup moins légale, pour ne pas dire complètement illégale, la revente de points de permis sur Internet. De plus en plus de personnes proposent ainsi de vendre leurs points de permis, 150 euros le point.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres