Ces activités totalement inassurables qui font le buzz !

Activité pas prise en charge par l'assurance

Grâce à Internet, les pratiques les plus insolites (et les plus dangereuses) sont filmées, commentées et partagées en quelques secondes seulement. Florilège des activités extrêmes dont les internautes raffolent, mais que les assureurs ne pourront jamais prendre en charge !

1. Les acrobaties automobiles sur deux roues

Deux roues auto

Pour prouver leur adresse au volant, certains conducteurs n’hésitent pas à braver le danger, notamment en Arabie Saoudite, où le phénomène du « Tafhit » prend une ampleur inédite. Roulant sur deux roues, les jeunes s’illustrent par des prouesses acrobatiques aussi dangereuses que spectaculaires, allant même jusqu’à changer la roue d’un véhicule en équilibre !

Un buzz mondial, mais une pratique complètement interdite par la loi française. Inutile de préciser qu’un conducteur qui s’amuserait à imiter les vidéos saoudiennes sur les routes de l’hexagone ne serait pas pris en charge par son contrat d’assurance auto en cas de pépin.

2. Le « parkour » sauvage

Rendu populaire par le film Yamakasi en 2001, le « parkour » est une activité physique de déplacement libre en environnement urbain. Ce sport implique des acrobaties, des sauts d’un immeuble à l’autre, des passages dans des endroits dangereux et escarpés… le tout, sans aucun système de sécurité.

Si la pratique institutionnelle du « parkour » est organisée par des associations sportives qui possèdent leur propres assurances, il ets important de savoir qu’un passionné qui se livre seul à l’escalade de sa façade encourre le risque de ne pas être pris en charge par une assurance accidents de la vie en cas de blessure sévère.

Astuce Malynx !

Les sports et les pratiques extrêmes font souvent partie des exclusions de garantie des contrats GAV : vérifiez l’étendue de votre couverture avant de vous lancer !

3. Les selfies de l’extrême

Selfie extrême

Les « selfies extrêmes » (des autoportraits pris dans des postures ultra dangereuses) inondent la toile depuis quelques années déjà. Tout en haut d’un immeuble, à l’intérieur de l’enclos d’un tigre au zoo, sur l’aile d’un avion en vol, debout sur une moto… les amateurs de selfies repoussent les limites et les règles de sécurité pour obtenir le meilleur cliché.

Une pratique conspuée sur les réseaux sociaux, mais qui trouve hélas son public. Inutile en revanche pour les auteurs de réclamer une indemnisation auprès de leur couverture des accidents de la vie en cas de sinistre, car la mise en danger intentionnelle est toujours considérée comme une exclusion de garantie.

4. La moto-balançoire

Eclair de génie ou absurdité totale ? Les avis sont partagés sur les réseaux-sociaux. Cette « moto-balançoire » n’est rien d’autre qu’un deux-roues suspendu à des câbles. L’effet balançoire s’obtient en faisant vrombir le moteur et glisser la roue arrière sur le sol.

Une pratique « aérienne » de la moto qui s’écarte tellement de l’utilisation initiale du véhicule que les compagnies d’assurances moto n’ont évidemment aucune chance de prendre en charge le véhicule si celui-ci venait à être détruit au cours d’un « vol ».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres