Hausse de 3,5 % de la mortalité routière : une première depuis 12 ans

Hausse de 3,5 % de la mortalité routière en 2014

L’an passé, 3 384 décès ont été enregistrés sur les routes de France, soit 3,5 % de plus qu’en 2013. Une augmentation historique qui s’explique par un « relâchement » du comportement des automobilistes, selon l’Observatoire national interministériel à la Sécurité routière (ONISR).

Triste constat pour l’année 2014 : la mortalité sur les routes, pourtant en constante baisse depuis 2001, est repartie de plus belle avec 116 personnes décédées de plus que l’année précédente, soit 3 384 morts au total. Les chiffres dévoilés par la Sécurité routière pointent non seulement une inquiétante hausse du nombre de morts (+ 3,5 %), mais également une augmentation du nombre de blessés sur les routes (+ 2,4 %). Les usagers les plus touchés sont sans grande surprise les plus vulnérables : on compte parmi les victimes une augmentation de 7 % de piétons et 8 % de cyclistes ou motocyclistes. Fait plus étonnant, les hommes sont surreprésentés dans toutes les catégories d’âge : 3 victimes sur 4 sont de sexe masculin.

9 accidents sur 10 dus au comportement des usagers

Vitesse, consommation d’alcool et de stupéfiants, oubli du port de la ceinture, distraction au volant, règles de priorité non respectées… Selon l’ONISR, l’exceptionnelle augmentation de la mortalité routière en 2014 trouve son explication dans l’attitude imprudente des automobilistes. L’alcool reste un facteur aggravant, puisque 28 % des victimes ont perdu la vie dans un accident impliquant un taux d’alcoolémie supérieur au taux normal autorisé. Il en va de même pour les délits routiers liés aux stupéfiants, en hausse de 44 % par rapport à l’an passé. Par ailleurs, malgré le durcissement des mesures destinées à réduire les excès de vitesse (radars, abaissement de la vitesse autorisée, zones à 30km/h…), la Sécurité routière déplore une hausse de 1,1 % des contraventions liées au non-respect des limitations.

A échelle européenne, la France a encore des progrès à faire : le taux de mortalité atteint 53 décès pour un million d’habitants, contre 51 pour un million sur tout le continent.

Le gouvernement sert la ceinture

sécurité routière bigL’observation risque de compliquer la tâche des autorités qui espèrent faire chuter la mortalité à 2 000 victimes d’ici à 2020. Au mois de janvier, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, anticipait la situation en annonçant 26 mesures destinées à améliorer la sécurité routière. Deux d’entre elles entreront en application dès le 1er juillet : pour les jeunes conducteurs, le taux d’alcoolémie légal sera abaissé à 0,2 gramme par litre de sang (au lieu de 0,5 gramme actuellement), tandis que les kits mains libres, oreillettes et casques seront interdits au volant.

Et n’oubliez pas : le meilleur moyen d’être bien assuré en cas d’accident reste de souscrire une assurance auto adaptée. Pensez à comparer les contrats pour trouver les meilleures garanties.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres