Fin du diesel en France d’ici 3 ans, c’est possible ?

Le président du groupe Europe Écologie Les Verts (EELV) au Sénat, Jean-Vincent Placé s’est exprimé vendredi 14 septembre sur Europe 1 sur la nécessité de «sortir du diesel» d’ici 3 ans.

L’annonce du sénateur écologiste selon laquelle «Il faut indiquer le cap, dans les trois ans, d’interdiction d’utilisation du diesel dans les grandes villes», doit être considérée en regard de la déclaration allant dans le même sens du député socialiste Jean-Marie Le Guen, formulée mercredi 12 septembre, qui estime qu’il « ne s’agit pas de punir (les automobilistes), il s’agit de prévenir des conséquences qui de toute façon devront être prises.»

Diesel: la France doit prendre les devants

Conscients de ce que «le danger que font peser les particules fines sur la santé de nos concitoyens n’est plus une hypothèse mais une vérité scientifique», rendue publique par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC), Jean-Marie Le Guen et Jean-Vincent Placé pressentent tous deux que la France est dans l’obligation d’agir, au moins en prévention de futures mises en demeure européennes.

En effet, selon Jean-Vincent Placé, «Des mesures européennes commencent à se mettre en place et nous, comme souvent, nous sommes à la traîne » et de préciser que «À un moment ou à un autre, la justice, la Cour européenne nous dira d’arrêter d’avoir ce niveau de particules et donc il faut prévenir cela.»

Concrètement, le souhait du sénateur écologiste est dans un premier temps, d’interdire d’ici 3 ans, la circulation des véhicules diesel dans les grandes villes. À plus long terme, c’est le carburant même qui devra nécessairement être interdit.

On ne sait pas précisément comment la «dé-diésélisation» du parc automobile français pourrait se réaliser mais on attend de voir.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres