En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

L’air respiré au feu rouge 29 fois plus pollué


L’attente au feu rouge est la bête noire des automobilistes pressés. Et si ces arrêts répétés mettaient aussi notre santé en danger ? En effet, selon une récente étude, l’air respiré dans les zones de feux tricolores serait particulièrement pollué en nanoparticules.

L'air respiré au feu rouge 29 fois plus pollué

Chaque jour au feu rouge, que vous soyez au volant de votre voiture ou à pied, vous êtes exposés à un risque. Et pourtant, le danger ne vient pas de la route mais de l’air que vous respirez ! C’est ce que déclarent Anju Goel et Prashant Kumar, deux scientifiques de l’université du Surrey au Royaume-Uni. Après avoir étudié la qualité de l’air sur différents tronçons urbains, les deux hommes sont formels : l’air respiré à des intersections réglées par un feu serait 29 fois plus pollué que celui d’un trafic fluide !

Feux rouges : des zones très polluées

Selon l’étude, les Britanniques passent en général 2% de leur temps quotidien à attendre au feu rouge. Un pourcentage faible mais qui représente tout de même 25% de l’exposition totale journalière aux nanoparticules, des poussières néfastes pour notre santé, responsables de problèmes respiratoires et cardiaques.

Ces pics de pollution très localisés s’expliquent en grande partie par les accélérations brusques et freinages répétés des automobilistes. A ces variations de conduite s’ajoutent une proximité entre les véhicules qui favorise la concentration des gaz nocifs.

Des conseils pour limiter l’inhalation de nanoparticules

Vous l’aurez compris, les feux rouges sont des zones qu’il est préférable d’éviter pour limiter la quantité de nanoparticules inhalées chaque jour. Bien qu’il soit difficile de supprimer totalement ces axes de vos itinéraires, l’étude met en avant quelques précautions simples à appliquer.

Automobilistes, gardez les fenêtres de vos véhicules fermées et maintenez une distance avec le pot d’échappement de la voiture qui se trouve devant vous. Les piétons quant à eux n’ont pas d’autre choix que d’éviter, si possible, les feux rouges en traversant d’autres zones sécurisées.