Éthylotests à bord et indicateurs de radars : du nouveau ?

Vous n’êtes évidemment pas sans savoir que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a déclaré le 24 janvier dernier que sur l’épineuse question de rendre obligatoire la possession d’un éthylotest non usagé à bord de tous les véhicules, il valait mieux entretenir un statu quo.

Pour calmer d’abord le courroux d’une horde d’usagers de la route en colère et pour apporter une réponse à un problème d’épuisement des stocks desdits éthylotests, le ministère de l’Intérieur a dû retarder, pour la deuxième fois, l’entrée en vigueur des sanctions pour défaut d’éthylotest, prévue pour le 1er mars 2013.

Éthylotest oui, sanction non!

La rédaction du Parisien.fr nous apprend le 13 février que le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), dont on vous présentait les éminentes commissions au début du mois de janvier, avait finalement recommandé que la mesure sur les éthylotests soit maintenue.

Mais, ajoute LeParisien.fr, la question des PV de 11€ en cas de non présentation du ballon semble pour l’instant absolument écartée. Armand Jung, le président du CNSR aurait d’ailleurs précisé que «Cette absence de sanction incitera à utiliser l’éthylotest déjà acquis par de nombreux Français.»

Car en effet, il faut comprendre que si le CNSR, et plus particulièrement la commission alcool-stupéfiants-vitesse puisqu’elle avait à sa charge une réflexion sur le bien-fondé de la mesure en question, décide de préserver l’obligation édictée par le décret du 28 février 2012 sans les sanctions qu’il instaure, c’est bel et bien pour lutter contre l’alcool au volant.

Autre idée relancée par le CNSR, poursuit LeParisien.fr, le signalement systématique des radars fixes par des panneaux indicateurs.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres