Contrôle technique annuel : Bruxelles contre les usagers de la route

Vous le savez, on vous l’annonçait mi-juillet, la Commission européenne, en plus de souhaiter qu’elle s’étende aux deux-roues motorisés, veut que la visite technique automobile ait lieu tous les ans à partir de la 7e année – pour rappel, actuellement le contrôle technique de la voiture doit être passé tous les deux ans.

La décision de la Commission, qui se base essentiellement sur des rapports établis par le numéro 1 européen du contrôle technique Dekra, se heurte forcément à diverses accusations de conflit d’intérêts. Explications…

Visite technique tous les ans: le problème des études réalisées par Dekra

En axant l’intégralité de son argumentaire visant à adopter une loi rendant obligatoire le contrôle technique des autos chaque année sur sa volonté de lutter contre l’insécurité routière, la Commission européenne précise que «les accidents liés à une défaillance technique tuent plus de 5 personnes par jour sur les routes européennes.»

Pire encore, avance-t-elle, «les défauts techniques […] sont à l’origine de 6% de l’ensemble des accidents de voiture, ce qui représente 2000 morts chaque année […], et de 8% des accidents de moto

Et, histoire de convaincre tout le monde, d’ajouter « Une fois que les véhicules ont entre 5 et 6 ans, le nombre d’accidents graves liés à une défaillance technique augmente de manière phénoménale.»Enfin, et de manière un peu plus éloignée à la problématique qui nous intéresse, la Commission rappelle qu’une «modernisation» de la réglementation sur le contrôle technique s’impose puisque «les règles actuelles de l’UE fixant des normes minimales en matière de contrôle des véhicules remontent à 1977 et n’ont connu que de légères modifications. Or, les voitures, le comportement des conducteurs et la technologie ont beaucoup évolué.»

C’est dans ces conditions que Bruxelles préconise que les visites techniques aient lieu:

  • Pour les voitures: le premier contrôle a lieu après 4 ans, puis 2 ans après, puis tous les ans;
  • Pour les voitures affichant 160000km: contrôle technique annuel.

En face de Bruxelles, on trouve les usagers de la route bien sûr, sous forme d’associations telles que la FFMC ou encore la Ligue de Défense des Conducteurs (LDC). Pour eux, il est clair que le fait même que la Commission s’appuie sur des statistiques établis par Dekra, numéro un européen du contrôle technique, pose un problème de taille.

Et pour cause, comment ne pas en effet interpréter ces rapports comme servant exclusivement la cause de Dekra, qui facture entre 50 et 85€ le contrôle technique et qui aurait ainsi tout à gagner à ce qu’il devienne plus fréquent?

Pour appuyer cette impression, le responsable de la sécurité routière au niveau européen Szabolcs Schmidt a d’ailleurs reconnu que «il y a un manque de réelles preuves statistiques».

Source: Auto Plus, n°1255, lundi 24 septembre, «Non au contrôle technique annuel», Pascal Pennec.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres