Conduisez, vous êtes filmé !

Vous êtes sous le choc d’un accident de voiture et êtes incapable de vous remémorer les dernières secondes avant l’impact pour établir le constat amiable : pas de panique, la caméra embarquée au sein de votre véhicule vous aidera à reconstituer la scène ainsi qu’à attribuer la part de responsabilité de chacun.

Installée sur le tableau de bord ou fixée au pare-brise, la dashcam (contraction des mots « dashboard », tableau de bord en anglais, et « caméra ») permet de filmer tous vos déplacements en voiture. Avec un prix oscillant entre 20 et 300 euros selon les options souhaitées (comme la géolocalisation), cette caméra équipait déjà, en 2014, plus de 30 000 automobiles en France.

Une mode venue de l’Est

La raison du succès ? En Russie, il n’est pas rare que des piétons se jettent littéralement sous les roues d’une voiture pour feindre un accident et obtenir une indemnité de la part du conducteur. Pour parer toute éventualité, les automobilistes russes ont commencé à se doter de caméras embarquées pour prouver leur non-responsabilité.

Obligatoires dans les taxis et les véhicules de transports publics à Las Vegas, ces petits engins pourraient bien être le futur gadget qui se glissera dans l’habitacle de tout véhicule motorisé dès sa sortie d’usine. Une idée proposée en France par le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), mais encore à l’étude dans une réflexion à l’échelle européenne.

L’appareil permet de filmer, dès le démarrage de votre véhicule, l’ensemble de votre parcours sous forme de séquences de dix minutes, qui s’effacent au fur et à mesure si aucun incident n’a lieu. En revanche, si un choc violent survient, les dix dernières minutes sont automatiquement sauvegardées pour permettre au conducteur de conserver une preuve de l’événement.

Une preuve incontestable ?

caméra embarquée voitureSi vos fichiers vidéos peuvent vous aider à rédiger un constat amiable le plus fidèlement possible après un accident, gardez à l’esprit qu’ils ne constituent pas encore une preuve suffisante pour les assureurs à ce jour. Toutefois, certaines compagnies d’assurance ont passé des ententes avec des constructeurs de caméras embarquées pour proposer des primes réduites aux automobilistes qui en sont équipés ou pour accepter leurs vidéos comme preuve.

Bien que tous les assureurs automobiles ne tiennent pas compte des images de ces boîtes noires, il en est autrement du droit français. L’article 427 du Code de procédure pénale stipule que « Hors les cas où la loi en dispose autrement, les infractions peuvent être établies par tout mode de preuve et le juge décide d’après son intime conviction. » Les juges peuvent donc utiliser les vidéos comme preuve tangible pour vous disculper ou vous incriminer en cas d’accident.

Les caméras embarquées peuvent aussi avoir un effet dissuasif : se sentant surveillés par les autres automobilistes, les conducteurs adoptent une conduite plus prudente. Un gadget qui peut vous épargner bien des tracas avec votre assureur ou avec un autre usager de la route.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres