Blablacar a adoré la grève des cheminots

«Je quitte le bureau 2 heures avant sinon j’aurai pas de train!» Voici une phrase que de nombreux Franciliens ont dû sortir à leur employeur pendant près de 2 semaines en ce mois de juin. Quant à ceux qui avaient prévu de partir en vacances, ils étaient nombreux aussi à avoir loupé leur train. Alors que beaucoup ont préféré prendre la voiture ou la moto pour se rendre au travail, d’autres se sont arrangés autrement.

La solution alternative au train

Blablacar, premier site de covoiturage en France, s’est vu affublé du titre de «sauveur» pour près de 700000 Français en galère de transport du 10 au 23 juin.

Cette plateforme de mise en relation entre particuliers pour le partage de trajets a vu son chiffre d’affaire bondir. En somme, Blablacar a su tirer profit de la situation tout en apportant sa contribution à la société.

Hors période de grève, les affaires de Blablacar marchent tout aussi bien. Ce qui à l’origine ne semblait être un bon plan que pour les étudiants fauchés s’est révélé être la solution durant le pic de pollution pour les Franciliens ou encore pour toute personne souhaitant faire des économies sur son voyage en France.

Et même au delà de nos frontières

En effet, les trajets que proposent les utilisateurs de Blablacar ne se limitent pas au territoire français mais s’étendent aux pays frontaliers. Le plus, c’est que ça coûte 3 fois moins cher.

Votre comparateur d’assurances auto LeLynx.fr a voulu comparer les prix d’un Paris-Londres pour ce week-end, départ samedi matin 09h00 et retour dimanche 18h00. À l’aller, Blablacar propose un trajet à 40 € tandis que la SNCF vend des billets à 115 € et au retour 45 € pour le premier contre 80 € pour l’opérateur de trains.

Bien que la différence de prix soit flagrante, on serait tenté de croire que le conducteur est libre de fixer ses tarifs et que du moment qu’il les rend plus attractifs que ceux du billet de train, il trouvera des passagers pour participer aux frais du trajet. Il n’en est rien.

Le site impose comme conditions que le coût du trajet par passager soit calculé en additionnant le prix du carburant et celui du péage, le tout divisé par 3. Une majoration de 1,5 fois du prix recommandé est tolérée pour des véhicules haut de gamme ou quand le conducteur dépose le passager devant chez lui.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres