Le bêtisier des assurances auto

Tous les ans, à travers la Chambre Syndicale des Courtiers d’Assurance, certaines compagnies d’assurance partagent les perles issues des courriers de leurs clients.

LeLynx.fr a choisi pour vous les meilleurs morceaux :

  • Il faut dire à ma décharge que le poteau que j’ai buté était caché par l’invisibilité du brouillard.
  • Circonstances de l’accident : est passé à travers une porte vitrée lors de l’opération « portes ouvertes » de l’entreprise.
  • En avançant, j’ai cassé le feu arrière de la voiture qui me précédait. J’ai donc reculé, mais en reculant j’ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui me suivait. C’est alors que je suis sorti pour remplir les constats, mais en sortant j’ai renversé un cycliste avec ma portière. C’est tout ce que j’ai à déclarer aujourd’hui.
  • J’ai heurté une voiture en stationnement et je me suis bien gardé de me faire connaître auprès de l’automobiliste. J’espère que vous serez content et que vous pouvez faire un petit geste en m’accordant un bonus supplémentaire.
  • J’ai heurté brutalement l’arrière de la voiture qui me précédait. Mais grâce à mon casque, ma blessure au poignet est sans gravité.
  • Chacun des conducteurs conduisait sa voiture.
  • Le camion s’est sauvé précipitamment sans montrer ses papiers.
  • Je suis étonné que vous me refusiez de payer cet accident sous prétexte que je ne portais pas mes lunettes comme indiqué sur mon permis. Je vous assure que ce n’est pas ma faute si j’ai renversé ce cycliste : je ne l’avais pas vu.
  • Je vous témoigne mon grand mécontentement vous mettez tellement de temps à me rembourser mes accidents que c’est toujours avec celui d’avant que je paye les dégâts de celui d’après, alors n’est-ce pas que ce n’est pas sérieux de votre part.
  • Vous me dites que Mlle X réclame des dommages intérêts sous prétexte qu’elle a été légèrement défigurée après l’accident. Sans être mauvaise langue, il faut bien avouer que même avant l’accident, cette malheureuse n’avait jamais éveillé la jalousie de ses concitoyennes.
  • Je ne suis pas responsable du refus de priorité puisque je n’avais pas vu venir la voiture, vous pensez bien que si je l’avais vue je me serais arrêté.
  • Depuis son accident, ma femme est encore pire qu’avant. J’espère que vous en tiendrez compte.

Source : Chambre Syndicale des Courtiers d’Assurance

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres