Les bénéfices dégagés par les agents d’assurance pointés du doigt

Initié par Pierre Moscovici lorsqu’il était encore ministre de l’Économie et des Finances, un édifiant rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) a été rendu public par Les Échos lundi 14 juillet. Les revenus de 37 professions y sont disséqués: huissiers de justice, notaires, dentistes, vétérinaires, agents généraux d’assurance, pour n’en citer que quelques unes.

Tous ces métiers ont un point commun: il s’agit de professions réglementées, c’est-à-dire limitées dans leurs pratiques ou dans leurs effectifs, par un numerus clausus par exemple. Conséquence directe de cette forte réglementation, ces professionnels ne souffrent quasiment pas de la concurrence et leurs tarifs s’en ressentent.

Les recommandations de l’IGF pourraient fortement diminuer les tarifs pratiqués par ces 37 professions

Dans une volonté gouvernementale d’augmenter le pouvoir d’achat des Français, ce rapport vise à orienter des réformes ciblées sur les professions réglementées, dont les bénéfices

nets avant impôt s’élèvent en moyenne à 19?% du chiffre d’affaire, soit 2,4fois plus que les autres professions. Cette forte rentabilités’explique notamment par le niveau élevé de technicité et les compétences requises pour pratiquer ces métiers. Or Bercy ne voit pas d’un bon œil ces forts bénéfices, qui augmentent d’année en année, alors que la France peine à sortir de la crise économique. D’autant plus que, selon Les Échos, ces 37professions qui ne pâtissent que d’une très faible concurrence «ont touché 1,7milliard d’euros de crédit d’impôt compétitivité et emploi surles 20milliards distribués» au cours de la décennie 2000-2010.

Ainsi l’IGF recommande plusieurs mesures visant notamment à mettre fin à certains monopoles et revoir la fixation destarifs réglementés. Si ces recommandations donnent lieu à de telles réformes, elles pourraient engendrer une baisse de 10 à 20?% des prix dans les secteurs concernés. De quoi faire pâlir les 12 567 agents d’assurance qui figurent en milieu de tableau, avec un taux de bénéfices de 20%, quand la moyenne des autres professions se situe autour de 8%. Les agents d’assurance ont perçu en moyenne 86 784 € de revenus en 2010, un confort qui risque de ne pas durer.

Le saviez-vous? : L’agent général d’assurance représente une société d’assurance dont il est également mandataire. En tant qu’intermédiaire d’assurances, il a la capacité de commercialiser des contrats. À la différence du courtier, l’agent d’assurance est lié à une ou plusieurs sociétés d’assurance par un mandat exclusif.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres