En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les avocats du droit routier : coup de bluff ou véritable assistance juridique ?


Dans votre parcours d’assuré automobile, il vous est peut-être déjà arrivé de rechercher activement les conseils d’un expert en droit routier pour contester un PV par exemple. En pianotant quelques mots clés sur internet, vous avez ainsi pu vous rendre compte assez rapidement du nombre de résultats (plus de 2,8 millions) pour une simple recherche « avocat du droit routier ».

Qui sont ces avocats, vous demandez-vous ? Sont-ce des charlatans, opportunistes ayant surfé la vague du permis à points ? Ou sont-ce des vrais juristes, ayant passé et obtenu l’examen du Barreau ?

Avec pour source un article publié dans le Canard Enchaîné du 14 août 2012, intitulé « Les avocats de l’automobile flashés en excès de justice », votre comparateur d’assurance LeLynx.fr propose de vous éclairer à son tour sur ces avocats du permis de conduire.

Être avocat automobile, un métier d’avenir à portée de tous ?

Comme précisé dans le chapeau, c’est sur Internet que pullulent les annonces des avocats spécialisés en droit automobile. Ainsi, la rédaction du Canard nous met en garde contre des sites type sos-defense-permis.fr, proteger-monpermis.fr, sos-pertedepoints.fr ou encore sauvermonpermis.com.

Concrètement, ces sites invitent les internautes (moyennant rémunération, bien sûr, donc il s’agit moins d’une invitation que d’un véritable marché) à bénéficier d’une aide juridique pour toute contestation de PV ou récupération de points perdus. Premier problème, les honoraires des avocats qui peuvent rapidement atteindre les 3 000 € voire 6 000 € en fonction de leur notoriété.

Deuxième problème, la véridicité de la qualité d’avocat. En effet, le Canard Enchaîné nous révèle que le site stoppv.com, condamné pour pratique commerciale trompeuse, a été fondé par deux étudiants en droit. Jusqu’ici tout va plus ou moins bien, vous dites-vous, quel mal y a-t-il à ce qu’un avocat en devenir délivre des conseils en droit routier, excepté celui d’encaisser des sommes indues (telles que 9 € pour contester une amende de 17 €) ou celui de prétendre pouvoir assurer la défense d’un client devant une Cour ? Car stoppv.com aurait commis ces deux méfaits…

Vers une guerre de clans chez les avocats du droit routier ?

Faut-il ainsi penser qu’en matière de droit automobile, vous devez vous méfier de tous les prétendus avocats ? Est-ce à dire qu’il n’y a pas de véritable avocat du droit routier, digne de confiance ? Non, rassurez-vous, ça existe.

Le Canard Enchaîné indique d’ailleurs que 5 ténors du barreau, à savoir les Me Iosca, Dufour, Caumont, Tichit et Samson n’ont de cesse de poursuivre leurs confrères en justice, enfin lorsque la procédure est déclarée recevable par la juridiction… Car, petite parenthèse, toute action en justice doit être mue par un intérêt à agir pour le demandeur or, le tribunal de Créteil aurait jugé que « les avocats n’étaient pas des clients lésés ».

Il n’est ainsi pas évident de comprendre ce que les avocats, les vrais si on ose dire, tentent d’obtenir en montrant d’un doigt accusateur leurs faux confrères ? Sont-ils motivés par une déontologie galvanisée qui les pousserait à veiller tels des gardiens incorruptibles au bon respect du droit ?

Ou sont-ils plus prosaïquement inquiets de la perte d’une « bataille pour défendre des parts de marché » ? Crainte quelque peu compréhensible lorsqu’on prend connaissance du chiffre d’affaires réalisé par le site sos-defense-permis.fr, estimé à 1 million d’euros. Vous l’aurez compris, en avocat spécialiste de l’automobile comme en tout, la vigilance est requise !