Augmentation des radars vandalisés en France

Depuis une dizaine d’années on assiste à une augmentation importante du nombre de radars en France. Véritable souffre douleur des automobilistes puisqu’avec près de 21,2 millions de flashs enregistrés en 2012, on peut estimer qu’un conducteur sur deux environ a commis une infraction. Ce qui a le don d’agacer nombre d’entre eux dont certains n’hésitent plus à s’en prendre directement aux cabines. Votre comparateur d’assurances auto LeLynx.fr vous explique tout !

Un cout non négligeable pour l’Etat

La prolifération de radars en France s’est (logiquement ou pas) accompagnée d’un nombre croissant d’actes de vandalisme sur ces cabines.

Le département le plus touché par ces actes est l’Eure-et-Loir avec pas moins de 40 radars automatiques détériorés en 2012. On estime le coût des réparations à environ 215 000€ juste dans le département Eure-et-Loir.
A chaque fois, une société spécialisée dans la réparation de radar doit intervenir afin de résoudre le problème. Le cout moyen des réparations est de 2300€ et peut atteindre les 33000€ quand il s’agit de réparer le radar complètement.

D’après le Canard Enchainé, un grand nombre de radars fixes seraient actuellement inefficaces sur le territoire français, c’est-à-dire que si vous passez devant un radar en roulant au dessus de la vitesse autorisée vous ne serez pas flashé. Pour le Canard, un radar sur cinq n’est ainsi plus en état de marche.

Ainsi, aux problèmes de fiabilité des cabines, il faut aujourd’hui ajouter les actes de vandalisme. Au total, 80% des radars fixes ont connu des détériorations depuis leur mise en service.

Les différentes techniques utilisées

Les «casseurs» de radars ont l’imagination galopante quand il s’agit d’utiliser des techniques de destruction de ces appareils: du simple graffiti à l’incendie ou à l’utilisation d’engins explosifs, en passant par des vitres brisées.

A noter qu’à chaque fois qu’un radar est détérioré, la préfecture porte plainte et une enquête est ouverte pour retrouver les coupables. Les services de recherches scientifiques de la police interviennent et la sanction que risque l’auteur du délit est très lourde pouvant aller d’une peine de trois ans de prison assortie d’une amende 45000€.

Dans la commune de Saint-Luperce (Eure-et-Loir) par exemple, toujours dans le département de l’Eure et Loir, un homme a écopé d’une peine de quatre mois de prison suite à un graffiti qu’il avait fait sur un des radars.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres