Entre 675 et 700 millions d’€ ou pourquoi il n’est pas envisagé de supprimer les radars…

En lecteur assidu des articles du comparateur d’assurance auto LeLynx.fr, vous vous souvenez peut-être de notre article intitulé «630 millions d’euros ou le pactole des radars automatiques» publié en janvier dernier?

Eh bien, on ne parle plus désormais de pactole mais de butin, de trésor, de faste. En effet, en naviguant sur le site du Parisien.fr aujourd’hui vendredi 10 août 2012, v’là-t-y pas qu’on tombe sur l’article «Routes : les recettes des radars battent des records» dans lequel on nous annonce que l’Agence nationale du traitement automatisé des infractions (Antai) a fait sa propre petite projection de recettes et estime qu’à la fin 2012, les radars auront rapporté à l’État entre 675 et 700 millions d’euros.

Radars: déjà 324 millions d’euros entre le 1er janvier et le 30 juin 2012

Concrètement, la rentabilité des radars semble suivre ces 2 dernières années une courbe ascendante qui, comme vous le devinez, ne va certainement pas motiver l’État à se passer de ces appareils mais bien au contraire l’encourager dans l’installation de nombre de radars supplémentaires.

En fait, c’est de toute façon déjà prévu puisque comme vous le savez, les routes françaises devraient continuer à en accueillir et que d’autres formes de radars sont en voie de déploiement.

Ainsi, pour expliquer le jackpot de 2011, probablement dépassé en 2012, on nous dit que d’une part, il y a certes plus de radars aujourd’hui qu’en 2008 et qu’ils sont de plus en plus perfectionnés (performants et quasi-impossibles à détecter).

L’autre argument avancé pour expliquer la rentabilité repose sur l’assouplissement des règles de récupération des points de permis et le relâchement supposé des automobilistes qu’une telle mesure a induit.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres