40 millions d’automobilistes contre le bonus-malus écolo

«Le bonus-malus est aujourd’hui un échec!» En commençant son communiqué de presse daté du 15 octobre par cette sentence, l’association d’usagers de la route 40 millions d’automobilistes demande une refonte totale du système du bonus-malus écologique.

Comme vous le savez sans doute, le gouvernement avait appâté le chaland dès le mois de juillet dernier en lui faisant miroiter un bonus écologique atteignant les 7000€ pour l’achat d’un véhicule tout électrique. Beaucoup moins drôle, le nouveau barème du malus écologique, présenté fin septembre, s’étend jusqu’à 6000€ pour les voitures les plus polluantes.

Pour la création d’une prime pour l’achat de voitures d’occasion plus récentes

Le premier argument soulevé par l’association d’automobilistes est évidemment celui du budget des familles. Partant du postulat que le «durcissement des malus […] rend l’achat des véhicules familiaux inaccessible à la grande majorité des foyers», l’association pointe du doigt les contradictions du gouvernement.

En effet, elle considère d’une part que «si le malus est actuellement minoré pour les familles nombreuses, les conditions de cette minoration – elle ne concerne que les familles ayant au moins 3 enfants à charge – ne correspondent pas au modèle de la famille française qui a en moyenne 2 enfants.»

Et de constater qu’une «famille de 4 personnes dans une voiture de grand gabarit émet proportionnellement moins de CO2 qu’un célibataire ou un couple sans enfant dans une petite voiture citadine», alors même que ce «type de véhicule [est] pourtant largement avantagé par le système en vigueur.»

Balayé d’un revers de main, l’argument écologique servant à justifier le système actuel du bonus-malus se heurte pour l’asso au «maintien d’un critère unique, le CO2, dans le calcul du bonus-malus» alors même que «le climat […] est actuellement à la remise en cause systématique et aveugle de la motorisation diesel.»

Et de dénoncer la schizophrénie du gouvernement vis-à-vis du diesel, laquelle se matérialise par «le fait d’avantager cette technologie par des mesures fiscales et, en parallèle, envisager son interdiction en centre-ville».

Le leurre du développement de l’électrique contre la nécessité de renouveler le parc auto

Enfin, pour 40millions d’automobilistes, le fait que le gouvernement ait proposé un coup de pouce de 7000€ pour l’achat d’une voiture 100% électrique n’a aucune pertinence au regard de l’objectif visant à «faire baisser la pollution atmosphérique».

Attendu que les voitures électriques ont une faible autonomie, elles ne sont destinées qu’à un usage citadin et sont à ce titre acquises en tant que véhicule secondaire, voire même en tant que troisième véhicule.

Dès lors, l’asso estime que leur promotion par le gouvernement via le nouveau bonus instauré n’est pas fondée. C’est dans ces conditions que 40 millions d’automobilistes énoncent que les objectifs écologiques poursuivis ne sauraient être réalisés que par «une régénération du parc automobile», rendue possible par «la création d’une prime dont le champ d’application serait étendu aux véhicules d’occasion plus récents permettant ainsi l’accès pour tous à des véhicules plus sobres en matière de consommation d’énergie et d’émissions polluantes.»

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres