Les 40 ans de la ceinture de sécurité obligatoire

Le 1er juillet 1973, il y a 40 ans à peine, elle devenait obligatoire en France. La ceinture de sécuritéest l’une des avancées majeures de la sécurité routière. Elle a été imposée par le gouvernement à une époque où le nombre de morts sur la route s’élevait à 20000 environ sur un an !

Alors qu’aujourd’hui, la mortalité routière est en baisse (3645 morts en 2012) et que la solution miracle pour continuer à réduire ce nombre semble être l’implantation de radars de plus en plus perfectionnés, LeLynx.fr, comparateur d’assurances auto vous propose un petit historique.

La naissance de la ceinture de sécurité

Il aura fallu près de 90 ans depuis la création de la première automobile équipée d’un moteur à combustion interne (la Benz Patent-Motorwagen Nummer 1 en 1886) pour que le port de la ceinture devienne obligatoire en France, premier pays européen à l’imposer.

Le premier brevet pour un système de bretelles protégeant les passagers d’un véhicule a été déposé par le canadien Gustave Désiré Lebeau en 1903. C’est sur cet exemple que seront basés les modèles développés par la suite.

C’est en 1959 que la ceinture de sécurité à trois points (le modèle standard que l’on retrouve dans nos voitures) a été inventée. On doit cette avancée à l’ingénieur suédois Nils Bohlin, qui travaillait pour Volvo, le premier constructeur à en équiper l’un de ses modèles. Volvo ira même plus loin en laissant le brevet libre de droit, ce qui donne à n’importe qui le droit d’employer cette technologie. Il faudra cependant plusieurs années pour qu’elle s’impose en France.

1973: la ceinture de sécurité obligatoire à l’avant

Face aux chiffres effroyables de la mortalité routière (18 000 morts en 1972), le gouvernement de notre pays décide d’agir. En 1972, Jacques Chaban-Delmas, premier Ministre de Georges Pompidou décide de créer un nouveau poste, celui de «délégué interministériel à la sécurité routière». Christian Gérondeau sera le premier à l’occuper.

Christian Gérondeau s’appuie alors sur plusieurs études (autopsies d’accidentés, crash-tests avec les cadavres de personnes ayant donné leur corps à la science) pour rendre obligatoire la ceinture de sécurité. Le 28 juin 1973, le décret n°73-561 modifiant et complétant le code de la route est publié et la loi entre en vigueur le 1er juillet. L’obligation est encore limitée: la ceinture doit être mise aux places avant et hors agglomération.

Contre toute attente, la mesure trouve ses opposants, qui déclarent qu’obliger les gens à se protéger contre leur gré est contraire aux libertés individuelles. Les détracteurs relèvent également le risque de rester bloqué dans sa voiture en cas d’accident. Les partisans du dispositif rétorquent que la ceinture augmente au contraire les chances de s’extraire du véhicule puisqu’elle évite de s’assommer pendant l’accident.

Vers toujours plus de sécurité pour la ceinture

N’en déplaise aux opposants, les chiffres ont parlé. Avant le décret, seulement 20% des automobilistes portaient la ceinture. Après quelques semaines, 80% d’entre eux se pliaient à l’obligation et dès décembre 1973, le nombre de morts sur la route aurait chuté de 30% sur un an.

Le gouvernement n’en restera pas là et au fil des décennies, l’obligation se durcit. En 1975, la ceinture de sécurité devient obligatoire de nuit sur les voies rapides et en agglomération, puis 4 ans plus tard, elle est imposée le jour et la nuit en agglomération.

Ce n’est qu’en 1990 qu’elle deviendra également obligatoire à l’arrière. À partir de 1992, les enfants doivent être installés dans un siège adapté à leur morphologie. Enfin, en 2008, selon le décret 2006-1496, chaque place équipée de ceinture dans la voiture doit être occupée par une seule personne.

Aujourd’hui, il semble impossible de concevoir l’idée d’une voiture sans ceinture de sécurité et les automobilistes ont conscience de l’importance de son port. À titre d’exemple, 268578 contraventions ont été distribuées pour non port de la ceinture (135 euros d’amende et 3 points en moins sur le permis), alors que ce chiffre monte à 500000 pour l’utilisation du téléphone au volant. En 2007, la part de Français qui attachent leur ceinture s’élevait à 97%.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres