3 raisons pour lesquelles vous risquez d’être plus souvent flashé en 2017

Excès de vitesse radars 2017

Dès 2017, les automobilistes risquent d’être surpris en prenant le volant. Entre objectifs de l’Etat et installation de nouveaux radars, voici 3 raisons qui expliquent pourquoi vous serez davantage flashé en 2017 !

1. Une recette de 844M€ attendue par l’Etat

Les prévisions du budget 2017 sont claires : le gouvernement compte accélérer le renflouement des caisses de l’Etat, et pour cela, ce sont les automobilistes qui vont passer à la caisse. L’Etat prévoit en effet de récolter 844M€ d’amende suite aux infractions constatées par les radars automatiques. C’est 25% de plus qu’en 2016, où la recette culminait déjà à 672M€, faisant de 2017 une année record depuis l’installation à grande échelle des radars sur les routes de France en 2002.

2. L’installation de 150 nouveaux radars

Pour réussir son pari, le gouvernement a décidé d’accélérer le déploiement de nouveaux radars sur les routes françaises. Les motards et automobilistes devront ainsi se montrer plus prudents que jamais puisque 150 nouveaux radars seront installés en 2017, montant le total du parc automatisé à 4 600 appareils. Et la tendance n’est pas prête de s’arrêter, puisque 100 radars de plus sont attendus en 2018.

Astuce Malynx !

Vous pouvez vous renseigner sur l’emplacement des radars actuels, et de ceux à venir, notamment à l’aide de détecteurs de radars comme Waze ou Coyote.

3. Des radars toujours plus discrets et performants

Si les radars seront désormais plus nombreux, ils seront surtout plus performants. L’Etat prévoit ainsi un déploiement à grande échelle d’une série de nouveaux dispositifs jusqu’alors seulement à l’état de test. C’est le cas de nouveaux types de radars :

  • Les radars fixes discriminants fonctionnent en simple et double sens et distinguent la vitesse des voitures de celle des poids lourds pour un meilleur contrôle ;
  • Les radars autonomes seront déployés sur les portions particulièrement accidentogènes, par exemple les zones de chantier. Attention panneaux de signalisation de ces zones ;
  • Les radars dits « mobiles-mobiles » se servent d’ondes électromagnétiques pour détecter les excès de vitesse depuis une voiture banalisée dans la circulation.
  • Les radars de poches sont la dernière nouveauté des forces de l’ordre. Compacts et légers, ils peuvent mesurer la vitesse d’un véhicule jusqu’à 300 km/h et jusqu’à 640 mètres.

Radar mobile

Un problème de sécurité routière et d’assurance auto

Avec 3 461 décès sur les routes en 2015, la mortalité routière reste un fléau bien réel qui augmente depuis 3 ans. La vitesse est d’ailleurs une des raisons principales d’accidents sur la route, c’est pourquoi le gouvernement en fait son cheval de bataille, notamment à travers des campagnes de prévention. Les excès de vitesse ont cependant un deuxième impact à ne pas négliger, cette fois sur l’assurance auto. Le délit de grande vitesse est par exemple un motif d’exclusion de garantie en cas de sinistre.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

    Cher lynx

    Lire que la vitesse est une des raisons principales d’accident est une aberration.

    En effet, la vitesse n’a jamais été un facteur d’accident mais a toujours été un facteur aggravant.
    La différence est énorme mais la comprendrez vous ?

    Répondre

    Bonjour @Blin,
    Merci de votre réaction ! La vitesse est tout de même un facteur important de l’accidentalité routière. Nous vous suggérons la lecture de cette page de la Sécurité routière qui schématise l’impact de la vitesse sur la conduite : http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/les-chiffres-de-la-route/les-chiffres-de-la-vitesse

    Répondre

    Bonjour,

    aucun organe officiel de l’état ne peux dire sérieusement que la vitesse est un facteur primaire d’accident puisque ce « n’est qu’un » facteur secondaire.

    Pour faire simple, la vitesse n’entraîne pas l’accident mais indique simplement la gravité des séquelles. (et encore, un accident peut-être mortel dès 30 km/h en 2 roues et 50 en voiture il me semble – chiffres à vérifier mais cela donne un ordre de grandeur)

    D’ailleurs, c’est bien sur l’autoroute, endroit ou l’on roule le plus vite, qu’il y a le moins de mort.
    Si la vitesse était un facteur primaire d’accident alors il y a aurait plus de mort sur autoroutes que sur départementales

    L’accident est toujours lié à la somnolence, la prise de médicaments ou de drogues (N.B : l’alcool est une drogue) le non respect des distances de sécurité, le mauvais état du véhicule et/ou des routes (ce dernier point est d’ailleurs en constante augmentation, les routes étant de moins en moins entretenues), non adaptation de la vitesse aux conditions …etc. et non à la vitesse en elle-même.

    La page que vous indiquez ne permet en aucun cas de dire autre chose.

    De plus, bizarrement le nombre de morts sur les routes diminue progressivement depuis les années 1970 et ce même avant la grande répression routière.
    Pourquoi ?
    C’est simple : dans les années 1970-1980 alors que nous avions déjà le droit de rouler à 130 km/h sur les routes (60 en ville…) les voitures lambda freinaient de 130 à 0 en 85 mètres, bloquaient les roues….
    Maintenant, même une twingo freine en 65 mètres de 130 à 0. (dans les années 80 seules les sportives type porsche et consort en était capable).
    De plus, est arrivée, l’abs généralisé, l’esp, l’aide au freinage d’urgence…Etc…
    Sans parler bien sûr de la déformation programmée des véhicules afin d’éviter les morts (pour vous en convaincre, faites un test entre une 104 et une 208, vous verre bien les différences de forces qui s’exercent sur les individus à l’intérieur de l’habitacle lors d’un choc)

    Mais arrêtez vos bêtises. Les radars ont beau être discrets il y a un panneau juste devant ! Si vous avez peur des radars car vous ne regardez pas les panneau mieux vaut ne pas prendre sa voiture alors.

    Répondre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres