En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Scorbut, peste, choléra … les maladies anciennes sont de retour


Depuis quelques mois et années, des maladies que l’on associe à des temps anciens font leur retour. Scorbut, tuberculose, gale, rougeole… En matière de santé, les maux qu’on croyait oubliés n’ont pas dit leur dernier mot.

Les maladies anciennes refont surface

On les croyait disparues depuis bien longtemps et on ne les connaissait parfois que par les livres de médecine. Et pourtant… certaines maladies anciennes font leur réapparition. En effet, ces derniers mois et années ont été marqués par le retour de :

  • La tuberculose, avec plus de 2 700 cas recensés rien que dans la région Nouvelle-Aquitaine en un an, et 7 cas pour 100 000 habitants ;
  • Le scorbut, réapparu en 2015 au CHU de Limoges, avec 10 cas signalés au moins ;
  • La rougeole, avec plus de 2 700 cas déclarés entre novembre 2017 et septembre 2018 (contre 519 en 2017) ;
  • La gale, dont l’incidence a augmenté de 10% par rapport à 2002. Bien que moins grave, cette maladie se répand notamment dans les écoles et les maisons de retraite.

Plus loin de nos frontières, de nombreux cas de peste ont également été signalés à Madagascar ainsi que des cas de choléra en Algérie.

Quelques facteurs explicatifs

maladie sante

Les scientifiques évoquent diverses raisons pour expliquer ce phénomène. Le retour des maladies anciennes est certainement lié aux flux de population, qu’ils soient migratoires ou touristiques. Parce que ces maladies n’ont pas toujours été éradiquées dans les pays où les conditions sanitaires sont moins bonnes, elles refont surface avec la multiplication des échanges.

La défiance envers la vaccination et une couverture vaccinale insuffisante pourraient en partie expliquer la recrudescence des cas de rougeole. Autre facteur explicatif, cette fois pour le scorbut : le développement de la malbouffe, les mauvaises habitudes alimentaires. Cette maladie, qui se développe à cause de carences en vitamines C, touche tout particulièrement les personnes en grande précarité et les adolescents.

Comment lutter contre la réapparition de ces maladies ?

Aujourd’hui, nous avons de bien meilleurs moyens pour lutter contre la réapparition des maladies dites anciennes et contre leur propagation. Pour certaines pathologies, comme la rougeole, la vaccination demeure une solution efficace. Pour d’autres, comme la tuberculose, c’est le dépistage qui permet d’enrayer la contamination.

Le rôle de la prévention

La prévention est aussi un élément clé pour enrayer le phénomène. Les campagnes de santé publique sont notamment là pour expliquer aux populations comment se transmettent les maladies et comment les prévenir. Sans surprise, il existe toutefois de réelles disparités selon les zones du globe. Les pays développés, qui sont moins touchés, bénéficient de davantage de moyens pour informer et prendre en charge les malades.

Cet article vous a-t-il été utile ?