En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Gel antibactérien : bon ou mauvais pour la santé ?


Les apparences sont parfois trompeuses, y compris dans le domaine de la santé. Ainsi, de nombreux Français ont suivi les recommandations du ministère de la Santé en se munissant de gel hydroalcoolique pour parer aux épidémies de grippe. Or, des études récentes accablent la composition de ce gel.

Gel hydroalcoolique, qu’est-ce que c’est ?

Les gels hydroalcooliques ont des propriétés bactéricides, virucides et fongicides. Ainsi, ils tuent les bactéries, les virus et les champignons. Notez toutefois qu’ils n’ont pas de pouvoir nettoyant : en effet, si les bactéries meurent, elles restent sur vos mains.

De quoi faut-il se méfier ?

C’est un fait, ces gels peuvent être dangereux pour la santé. La revue scientifique Plos One a relayé une étude menée par l’université du Missouri aux États-Unis qui pointe du doigt la composition de ces gels. En cause : le bisphénol A, un perturbateur endocrinien. Interdit dans tous les contenants alimentaires en France, les gels en favoriserent l’absorption par la peau.

D’autres perturbateurs endocriniens tels que le triclosan et le triclocarban sont également retrouvés dans la composition de certains gels. Depuis 2014, leur teneur est strictement limitée dans les dentifrices, savons, gels douche et déodorants en France. Aucun encadrement n’existe actuellement pour les gels antibactériens.

Autre danger : la résistance bactérienne que pourrait provoquer une utilisation régulière et prolongée des gels hydroalcooliques.

Quelles alternatives ?

Les médecins et scientifiques sont unanimes et préconisent de se laver les mains au savon plutôt que d’utiliser un gel dont la composition indiquerait un des composant cités ci-dessus. Il y a du bon dans la simplicité !

Certaines marques proposent des gels moins chimiques, sans perturbateurs endocriniens : n’hésitez pas à vous rapprocher de votre pharmacien.

Cet article vous a-t-il été utile ?