En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Bientôt un code de la route pour les trottinettes électriques


Pratiques, tendances… Les trottinettes électriques et les engins de déplacement séduisent de plus en plus de Français ! Parce qu’ils sont chaque jour plus nombreux sur les trottoirs, le gouvernement souhaite réglementer leur usage. Le point sur ce qui vous attend si vous utilisez ce type de véhicule.

Les trottinettes électriques intègrent le Code de la route

Trottinettes électriques, hoverboards, gyropodes, monowheels… Les nouveaux véhicules électriques individuels, ou NVEI, se sont développés à grand pas ces dernières années. Avec eux, sont apparues de nouvelles problématiques de circulation et de sécurité. C’est dans ce cadre que la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé vouloir « créer une nouvelle catégorie de véhicule dans le Code de la route ».

La législation autour des nouveaux engins électriques devrait être effective d’ici la fin de l’année 2019. Elle sera intégrée aux réflexions autour de la loi d’orientation des mobilités.

trottinette electrique

Plus de trottinettes sur les trottoirs

Aujourd’hui, la législation est assez floue en ce qui concerne les trottinettes électriques et autres véhicules de cette catégorie. Parce qu’ils n’ont pas de statut défini, ils sont contraints de rouler sur le trottoir et de respecter le Code la route piéton. Or, ces engins étant capables d’atteindre les 25 km/h voire plus, ils peuvent poser de réels problèmes de sécurité, tant pour les utilisateurs que pour les piétons.

Un problème dont a conscience la ministre des Transports, qui déclarait dernièrement que leur place n’était « pas sur les trottoirs ». Pour plus de sécurité et de fluidité, ces engins pourraient donc prochainement « circuler sur les pistes ou sur les bandes cyclables ou dans les zones à 30 km/h ».

Une législation adaptable

Parce que chaque quartier a ses spécificités, le gouvernement a précisé que les maires pourraient adapter les règles en tenant compte de la situation de leurs territoires. A noter que certaines villes ont déjà pris les devants. A Paris, une charte de bonne conduite pour les deux-roues en « free floating » (sans borne d’attache) a par exemple été éditée en juin dernier.

Les précautions à prendre en trottinette électrique

Si la législation autour des trottinettes électriques et autres NVEI ne devrait être votée que l’année prochaine, la sécurité des utilisateurs comme des piétons n’en reste pas moins importante dès aujourd’hui. Quelques conseils pour circuler en toute sécurité :

  • Utiliser une protection adaptée (casque, genouillères, jambières, protège-poignets, coudières…) ;
  • Veiller à la bonne visibilité du véhicule, avec des éclairages avant et arrière ;
  • Conduire prudemment et respecter une distance de sécurité avec l’entourage ;
  • Eviter les rues et espaces très fréquentés, notamment avec des piétons.

Et l’assurance dans tout ça ?

Pour les trottinettes électriques comme pour tous les autres NVEI, c’est la vitesse qui permet de savoir s’il faut souscrire une assurance spécifique.

Si le véhicule électrique ne dépasse pas les 6 km/h, nul besoin d’en souscrire une. La garantie responsabilité civile incluse dans votre multirisque habitation suffit pour indemniser d’éventuels dégâts. Attention cependant à bien préciser à votre assureur que vous possédez ce type d’engin. Au-delà des 6 km/h en revanche, il faut souscrire une assurance indépendante, généralement via un contrat d’assurance moto.

Cet article vous a-t-il été utile ?