En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Locataires : les bons réflexes en cas de dégât des eaux


Le dégât des eaux a beau être le sinistre le plus courant, il peut devenir un véritable casse-tête pour les particuliers. Vous êtes locataires ? On fait le point pour vous !

Premier réflexe : limitez les dégâts

Couper l’arrivée d’eau, couper l’électricité, arrêter un appareil défaillant, mettre à l’abri les objets en contact avec la fuite… Autant de petites actions pleines de bon sens, mais qui peuvent vraiment limiter les dégâts et faire la différence.

Trouvez la responsabilité du sinistre

Il est primordial de bien comprendre la source de la fuite afin d’en connaître le responsable : êtes-vous victime du dégât des eaux, ou en êtes-vous à l’origine ? C’est le plombier qui, en effectuant la recherche de fuite, va déterminer le responsable du sinistre. Dans la majorité des cas, c’est au propriétaire de prendre en charge la réparation de la fuite.

Cependant, il existe quelques cas relevant des obligations du locataire. Il s’agit alors de réparations dites « locatives » (par exemple, remplacer les joints et s’assurer de leur étanchéité). L’ensemble de ces réparations sont disponibles pour tous sur le site du gouvernement.

Dans les cas plus complexes, c’est la nouvelle convention inter-assureurs d’indemnisation et de recours des sinistres immeubles (IRSI) qui s’applique. Elle change en profondeur les règles d’indemnisation des sinistres dégâts des eaux et incendies d’un montant inférieur à 5000 € HT, avec pour objectif d’apporter un meilleur service à l’assuré tout en simplifiant et accélérant le règlement des sinistres. En général, elle implique que les frais soient pris en charge par l’assureur de celui qui est à l’origine des démarches.

Contactez votre assureur

En tant que locataire, vous avez dû souscrire une assurance habitation. Selon votre type de contrat et ses garanties, vous serez plus au moins couvert. Ainsi, un coup de fil rapide à votre assureur vous permettra de connaître votre niveau de couverture.

Nous vous conseillons d’appeler votre assureur avant de faire déplacer un plombier : certaines compagnies d’assurance préfèrent envoyer leurs propres experts.

Il vous sera possible de contacter votre assureur de plusieurs manières :

  • Par téléphone ;
  • En ligne, sur le site de l’assureur ;
  • Par courrier recommandé. L’accusé de réception pourra servir de preuve en cas de litige !

Ne traînez pas pour prévenir votre assureur du dégât des eaux : vous disposez d’un délai maximal de cinq jours à compter de survenance du dégât pour le signaler.

Faîtes un constat à l’amiable

Si vous êtes responsable du dégât des eaux, il vous faudra réaliser un constat avec votre voisin (ou du moins la personne touchée par le sinistre). Ce constat vous sera envoyé par votre assureur et devra être complété par :

  • Les habitants victimes ;
  • Les responsables du sinistre ;
  • Le syndic s’il s’agit d’une copropriété.
Cet article vous a-t-il été utile ?