En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

6 idées reçues sur votre bonus-malus


LeLynx.fr recense pour vous 6 idées reçues sur l’assurance auto et plus particulièrement le bonus-malus. Démêlons le vrai du faux !

Idée reçue #1 : Quel que soit l’accident, je vais être malussé

C’est faux (et heureusement !). Seuls les sinistres qui engagent la responsabilité de l’assuré entraînent l’application d’un malus.

De plus, il existe certains types de sinistres qui n’entraînent pas l’application d’un malus puisque leur cause n’est pas directement imputable à l’assuré : c’est le cas des sinistres liés à un vol, un incendie ou une tempête, mais aussi un bris de glace ou un accident de parking sans tiers identifié.

Idée reçue #2 : Une nouvelle voiture = un nouveau bonus-malus

C’est également faux. En effet, si vous changez de voiture, le bonus ou le malus est automatiquement transféré, dès lors que les conducteurs du véhicule demeurent les mêmes que ceux désignés au précédent contrat.

Imaginons que vous souhaitez acheter un véhicule supplémentaire. Dans ce cas, l’assureur transfère votre bonus-malus sur le nouveau contrat d’assurance auto. A noter toutefois que l’évolution du coefficient se fera de manière indépendante, véhicule par véhicule. Par exemple, si un malus est appliqué à un contrat pour cause d’accident responsable, il ne sera pas appliqué à l’autre contrat.

Idée reçue #3 : Si c’est un ami qui conduit, c’est son bonus-malus qui sera affecté en cas d’accident

Faux : certes, le taux de bonus-malus est rattaché à une personne, mais il l’est également (et surtout !) à un véhicule déterminé, désigné sur le contrat d’assurance. Ainsi, en cas de sinistre c’est le contrat d’assurance souscrit pour le véhicule accidenté, et par conséquent celui de la personne qui aura souscrit ce contrat, qui devra jouer.

Idée reçue #4 : Le malus peut faire flamber ma facture jusqu’à 500%

Heureusement, c’est faux. La majoration de la prime suite à l’application du calcul du bonus-malus ne peut pas être supérieure à 350 %. Cela correspond à un coefficient maximum de 3,5.

Idée reçue #5 : Je suis pénalisé plus facilement que récompensé

On reproche souvent au bonus-malus de pénaliser plus vite qu’il ne récompense. Cependant, il est bon de rappeler qu’après deux années sans accident responsable, le coefficient est automatiquement rabaissé à 1, c’est ce qu’on appelle la règle de la « descente rapide ».

Idée reçue #6 : C’est compliqué de connaître son bonus-malus

Les chiffres, c’est pas votre tasse de thé ? Pas de panique ! Votre bonus-malus est disponible sur votre relevé d’information, document que vous pouvez demander à tout moment à votre assureur.

Cet article vous a-t-il été utile ?