En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto-écoles : apprendre à conduire avec une voiture électrique


Les voitures électriques ont le vent en poupe, à tel point que les écoles de conduites sont de plus en plus nombreuses à franchir le pas en intégrant ces nouveaux véhicules à leur flotte. Économies budgétaires, volonté de se démarquer face à la concurrence, mais aussi de former les élèves  à un nouveau type de conduite… Les motivations des auto-écoles sont variées, mais le résultat est plutôt concluant.

Moniteurs et apprentis sont unanimes : la différence majeure rencontrée dans une auto électrique, c’est le bruit qu’elle émet. Ou plutôt l’absence de bruit. Or, être silencieux sur la route est parfois un handicap : les piétons qui se fient uniquement à leur ouïe avant de traverser la chaussée pourraient bien être surpris, c’est donc à l’apprenti conducteur d’être particulièrement attentif. Quant aux autres véhicules alentours, ils deviennent à l’inverse beaucoup plus bruyants. Question d’habitude…

L’« éco-conduite » : l’avenir du permis ?

En plus d’être silencieuse, la voiture électrique est jugée plus facile à conduire que l’auto classique : moins d’à-coups et un couple immédiat apportent un confort à l’apprenti conducteur, par conséquent moins sujet au stress. La boîte automatique ajoute encore un peu plus de « zen » à bord du véhicule à doubles commandes. Néanmoins, les auto-écoles proposent rarement des formations 100% électriques, afin que l’élève apprenne aussi à conduire avec une boîte de vitesses manuelle. Car pour rappel, le titulaire d’un permis B à embrayage automatique n’est en aucun cas autorisé à conduire une voiture à vitesses manuelles.

Du côté des auto-écoles, les avantages économiques sont bien là : pas de frais de carburant et peu de frais d’installation, les établissements ne disposant pas de système de recharge privé pouvant toujours « brancher » leurs autos sur le réseau public. Par ailleurs, l’autonomie d’une voiture électrique permet généralement d’assurer une demi-journée de leçons de conduite.

Cet article vous a-t-il été utile ?