En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Assurance auto : tout savoir sur le contrat de maintenance (contrat d’entretien)


Selon l’Automobile Club Association (ACA), le budget auto des Français s’alourdit d’année en année. Au vu de ces dépenses d’entretien dans le budget auto, les constructeurs ou encore les assureurs ont tenté de trouver des solutions pour rassurer les automobilistes. Parmi celles-ci : le contrat de maintenance, aussi appelé le contrat d’entretien. Explications.

Contrat de maintenance auto : en quoi ça consiste ?

Le contrat de maintenance, également appelé contrat d’entretien, est un accord signé entre le propriétaire du véhicule et un professionnel du secteur (concessionnaire, garage ou encore assureur auto). C’est une garantie proposée en complément d’une assurance auto sur une période donnée.

En général, le propriétaire paye un forfait mensuel (en moyenne entre 30 et 50€). En échange, le professionnel prend en charge les réparations du véhicule prévues au carnet d’entretien, pièces et main d’œuvre comprises. Les interventions se passent en France et dans l’Union Européenne avec une assistance 24h/24. Le prêt d’un véhicule de remplacement est généralement inclus dans la plupart des contrats d’entretien.

Les limites du contrat de maintenance

Le contrat d’entretien est en quelque sorte une sécurité pour l’automobiliste et lui permet de contrôler son budget auto.

Cependant, dans certains cas ce contrat n’est pas judicieux, pour ne pas dire pas rentable. En effet, il est profitable pour les conducteurs qui utilisent très fréquemment leur auto, qui sera logiquement plus sujette à des pannes et à des réparations. A l’inverse, une voiture qui ne roule pas souvent aura moins besoin d’entretien. Dans ce cas de figure là, ce fameux contrat semble inutile.

réparation auto

Contrat de maintenance, pas utile pour tous

Il faut aussi savoir que dans l’intérêt des assurances, ce contrat est limité à certains types de véhicules. Par exemple, certaines marques luxueuses sont exclues, car leurs pièces coutent très cher. Idem pour certaines marques étrangères dont les pièces sont difficiles à retrouver et trop chères à importer.

De plus, les voitures assurées doivent être immatriculées en France métropolitaine (obligatoirement des essences ou diesel) ou à Monaco. Enfin, la voiture du conducteur assuré doit avoir moins de 3 ans et moins de 60 000 km au compteur (les pannes importantes liées à l’usure seront plus rares). Par ailleurs, seules certaines opérations courantes sont couvertes par l’assureur : plaquettes de frein, bougies d’allumages, lampes, balaies d’essuie-glace.

Cependant, La batterie, les amortisseurs, les courroies d’accessoires, l’embrayage ou encore les disques peuvent être pris en charge au delà d’un certain kilométrage, entre 50 000 et 80 000 km selon les assurances auto.

Source : LeFigaro

Cet article vous a-t-il été utile ?