Incendies : la procédure d’indemnisation décryptée par LeLynx.fr

LeLynx.fr - mis à jour le
}

Paris, le 31 juillet 2017 – Depuis quelques jours, les incendies continuent de ravager la France. Ce sont au total 3 000 hectares qui ont été détruits dans le sud du pays (Alpes-Maritimes, Vaucluse, Var et Corse). Suite aux nombreux dégâts occasionnés, LeLynx.fr, leader des comparateurs d’assurances, fait le point sur les démarches à suivre pour être dédommagé au mieux par son assurance en cas d’incendie.

« Avant toute chose, il est primordial de faire le bilan des dégâts pour enclencher rapidement la procédure d’indemnisation : objets endommagés, factures, photographies pouvant justifier des dommages subis sont autant d’éléments à prendre en compte. Pour être dédommager, l’assuré doit bien entendu avoir souscrit une assurance multirisques habitation, qui implique automatiquement une garantie incendie. Attention, si l’assurance MRH est obligatoire pour les locataires, elle reste facultative pour les propriétaires » explique Amina Walter, directrice du développement et des partenariats LeLynx.fr.

Etape 1 : Faire le bilan des dégâts  

Pour justifier des dommages matériels et immobiliers, l’assuré doit impérativement effectuer le bilan des dégâts. L’assurance habitation prendra en charge les biens détruits ou endommagés par le feu et fumée, ainsi que les éventuels équipements détruits lors de l’intervention des pompiers.

Afin de bénéficier d’une indemnisation à hauteur des dégâts occasionnés, il est crucial de :

  • Etablir une description la plus précise possible du sinistre (nature du sinistre, date, heure, lieu) ;
  • Etablir un état estimatif des meubles et objets détruits ou détériorés avec une description des dommages (matériels et/ou corporels et l’importance de ces derniers) ;
  • Indiquer si le sinistre a causé des dégâts à des tiers en précisant l’ampleur des dommages et les coordonnées de ces-derniers ;
  • Conserver tous les objets qui ont été endommagés lors du sinistre en attendant l’expertise;
  • Rassembler tout ce qui peut identifier les biens endommagés ou détruits dans le sinistre : factures, photos, bons de garantie… Ces éléments aideront l’assureur à estimer le montant des objets détériorés.

A savoir :

  • Le débroussaillage fait partie des obligations de l’assuré. Selon les risques (forêts, maquis…), les limites du débroussaillage peuvent être étendues jusqu’à 200 mètres aux abords de sa propriété. Si le débroussaillage n’est pas effectué, l’assureur peut limiter le montant de l’indemnisation, voire refuser entièrement de prendre en charge le sinistre.
  • Contrairement aux biens se trouvant à l’intérieur du domicile, l’extérieur du logement n’est pas pris en compte par la garantie incendie de l’assurance habitation. Les équipements de jardin, les arbres et autres installations ne peuvent être indemnisés que si l’assuré a souscrit une extension de garantie.

Etape 2 : Suivre les démarches pour être indemnisé 

Les démarches doivent débuter le plus rapidement possible par l’assuré : celui-ci ne dispose que de 5 jours pour déclarer un incendie à son assureur en charge du contrat multirisques habitation.

A savoir : Dans les circonstances actuelles, un incendie de forêt n’est pas considéré comme une catastrophe naturelle au sens assurantiel du contrat d’assurance habitation.

Si certains assureurs proposent de réaliser la déclaration d’incendie directement en ligne pour gagner un temps précieux, celle-ci devra être envoyée par courrier pour les autres et comprendre les coordonnées de l’assuré, le numéro du contrat d’assurance, les noms et coordonnées des victimes le cas échéant et l’ensemble des documents indiqués dans l’étape 1.

Etape 3 : Les délais d’indemnisation 

Après déclaration de l’incendie auprès de son assureur, celui-ci va mandater un expert pour évaluer le montant des dommages. Il est judicieux de vérifier auprès de l’assurance si elle autorise le début des travaux de remise en état avant le passage d’un expert. À partir de la date figurant sur le rapport d’expertise, l’assureur dispose d’1 mois pour proposer une indemnisation.

Dans le cas où le sinistre a rendu le logement inhabitable, la garantie facultative « frais de relogement » (ou « gardiennage ») prend en charge les frais liés au relogement de l’assuré et sa famille en attendant l’indemnisation totale du sinistre et la réhabilitation de celui-ci.

Cet article vous a-t-il été utile ?